11

     3001 Dans l'éd. A (n° 1404), le bref commentaire de cet adage met l'accent sur l'inexpérience, particulièrement celle de la jeunesse. A partir de l'éd. B, le Dulce bellum est mis en relief par sa place en tête de la quatrième Chiliade et prend un développement considérable; il porte désormais presque exclusivement sur le problème de la guerre et de la paix, qu'Er. avait déjà traité à plusieurs reprises, notamment dans le Panégyrique de Philippe le Beau en 1504 (ASD IV, 1, pp. 70-79), dans l'Éloge de la Folie en 1511 (ASD IV, 3, p. 96), dans une lettre du 14 mars 1514 à Antoine de Berghes (Ep. 288) - épître qui présente de nombreux parallèles avec notre texte -, dans deux autres adages placés en tête d'une Centurie à partir de la même éd. B: Sileni Alcibiadis (Adag. 2201, ASD II, 5, pp. 172-190) et Scarabeus aquilam quaerit (Adag. 2601, ASD II, 6, pp. 395-424 passim). Après 1515, le problème apparaît encore dans de nombreux écrits, qui vont de l'Institutio principis christiani (ASD IV, 1, pp. 213-219) de 1516 et de la Querela pacis (ASD IV, 2, pp. 1-100) de 1517 à la Consultatio de bello Turcis inferendo (ASD V, 3, pp. 1-82) de 1530 et même aux Precationes aliquot nouae (LB V, 1204 F-1205 A) de 1535. D'autre part, le Dulce bellum est non seulement reproduit dans les éditions complètes des Adages - avec des additions en 1517-1518 (C), 1523 (E) et 1526 (F; la plus grande partie des additions de F figure déjà en π) -, mais il est aussi dès 1517 publié séparément, treize fois au moins du vivant d'Érasme (BB, II, pp. 362 sqq., E 2Ι2-E 224); en outre, une traduction allemande est publiée à Bâle en 1519 et à Strasbourg en 1520 (BB, II, p. 368 sq., E 230-E 231), tandis qu'une traduction anglaise paraît à Londres en 1533-1534 (BB, II, p. 370, E 234). Sur le pacifisme d'Érasme, question capitale étudiée par de très nombreux commentateurs, cf. entre autres: E. Constantinescu-Bagdat, La "Querela pacis" d'Érasme, Paris, 1924 (concerne aussi les autres écrits pacifistes d'Er.); R Mesnard, L'essor de la philosophie politique au XVIe siècle, Paris, 1936 (cf. pp. 86-140, Érasme ou l'évangélisme politique, et particulièrement pp. 102-118, La guerre et la paix); R.H. Bainton, The Querela Pacis of Erasmus. Classical and Christian sources, Archiv für Reformationsgeschichte, 42 (1951), pp. 32-48; R. Padberg, Pax Erasmiana. Das politische Engagement und die "politische Theologie" des Erasmus von Rotterdam, in: Scrinium Erasmianum, II, pp. 301-312, Leiden, 1969; P. Brachin, Vox clamantis | 13 in deserto. Réflexions sur le pacifisme d'Érasme, in: Colloquia Erasmiana Turonensia, I, pp. 246-275, Paris, 1972; Guerre et paix dans la pensée d'Érasme, introduction, choix de textes, commentaires et notes par J.-Cl. Margolin, Paris, 1973; J. Mulryan, Erasmus and War: The "Adages" and Beyond, Moreana, XXIII/89 (1986), pp. 15-28; L.-E. Halkin, Érasme: la guerre et la paix, in: Krieg und Frieden im Horizont des Renaissancehumanismus, Weinheim, 1986 (étude reproduite sous le n° XV dans Érasme. Sa pensée et son comportement, Londres, Variorum reprints, 1988); Ph. Dust, Three Renaissance Pacifists. Essays in the Théories of Erasmus, More and Vives, New York, 1987; Fr. Bierlaire, Érasme: un militant de la paix, Studia Romanica Posnaniensia, 13 (1988), pp. 201-208. Sur le cas particulier de la guerre contre les Turcs, cf. en outre: M. Cytowska, Érasme et les Turcs, Eos, LXII (1974), pp. 311-321; M. J. Heath, Erasmus and War against the Turks, in: Acta Conventus Neo-Latini Turonensis (1976), Paris, 1980, II, pp. 991-999; J.-Cl. Margolin, Érasme et la guerre contre les Turcs, Il pensiero politico, XIII (1980), pp. 3-38 (étude reproduite sous le n° XI dans: Érasme ; le prix des mots et de l'homme, Londres, Variorum reprints, 1986). Enfin, la présente édition du Dulce bellum doit beaucoup à deux éditions modernes, toutes deux commentées: 1) Érasme. Dulce bellum inexpertis. Texte édité et traduit par Yvonne Remy et René Dunil-Marquebreucq, Bruxelles, 1953 (Coll. Latomus, VII), qui suit dans l'ensemble le texte de LB, mais mentionne les variantes de cinq éditions érasmiennes; et surtout 2) Erasmo da Rotterdam, Adagia. Sei saggi politici informa di proverbi, a cura di S. Seidel Menchi, Torino, 1980 (pour le Dulce bellum, cf. pp. 196-285, 345-372, 384-386). Mme Seidel Menchi y adopte déjà les principes de l'éd. ASD, suivant en général le texte de I et mentionnant les variantes de A à I; rien d'étonnant donc à ce que notre texte soît très proche du sien. Rappelons encore que pour cet adage, nous avons tenu compte dans l'apparat critique de la première éd. séparée (Bâle, Froben, 1517), à laquelle nous avons donné le sigle O; elle n'est toutefois mentionnée que là où elle diffère de l'éd. B, notamment par l'addition d'annotations mar ginales, qui pour la plupart peuvent être considérées comme des soustitres.

4 Diogen. 3, 94 ou Zenob. Ald., col. 62 = Suid. Γ 317. Er. rappelle cet adage dans une lettre adressée en 1527 à Sigismond Ier (Ep. 1819, l. 151), en tête d'un assez long développement pacifiste (ll. 151-206).
    (app. crit.) Admonet... imperiti Cf. Diogen. loc. cit.: ἐπὶ τῶν ὑπ᾿ ἀπειρίας ἑαυτοὺς καθιέντων εἰς κίνδυνον ou Zenob. Ald. = Suid. loc. cit.: ἐπὶ τῶν ὑπὸ ἀπειρίας πρὸς τὰ ἐπικίνδυνα προθυμουμένων (Suid. προθυμούντων).

4-6 Veg. Mil. III, 12 (Ne: Nec v.l.); cf. Otto 1481.

6-8 Pind. fragm. 110 Snell ap. Stob. IV, 9, 3, p. 321 Hense. Pour cette addition de H, Er. utilise une édition partielle de Stobée, publiée par Froben en 1532 sous le titre Gnomologium et sans le nom de Stobée (cf. ASD II, 4, p. 39, n.l. 464); cette citation se trouve parmi les maximes Περί πολέμου (pp. 219-221), sous le nom de Pindare (p. 221).

8 si accesserit cordi Cette traduction prouve qu'Er. rattache le mot καρδία à προσιόντα, alors qu'il se rapporte à ταρβεῖ (cf. déjà H. Estienne, LB II, 951, n. 1, suivi par S. Seidel Menchi, op. cit., p. 345).

11-12 Dulcis ... metuit Hor. Epist. I, 18, 86-87.

15-16 quantum ... amari Cf. Verg. Ecl. 3, 109 sq. : "quisquis amores / Aut metuet dulces aut experietur amaros."

16-18 quoduis ... imperitus Cf. supra, n.l. 4 (app. crit.).

18-21 Aristot. Rhet. II, 12-13, 1389 ab. Pour préparer l'éd. A, Er. dispose d'un Ms de cet ouvrage (cf. Introd. p. 2).

24-25 non ... tetrior Cf. Ep. 288, l. 37: "Rem adeo perniciosam, adeo tetram".

30 vulgo natura mobili Cf. Claud. De quarto consulatu Honorii, 302: "Mobile mutatur semper cum principe vulgus".

33 frigide ... suffundunt Cf. Plaut. Cist. 35: "Aquam frigidam ... suffundunt"; Adag. 951 (Frigidam aquam suffundere), ASD II, 2, pp. 454-456; Parab. (ASD I, 5, p. 272, l. 824): "qui frigidam suffundunt".

42-43 hominis imaginem Développement ll. 45-95.

43 belli simulacrum Développement ll. 96-191. L'expression "belli simulacrum" est employée par Lucr. II, 41 et 324; Verg. Aen. V, 674.

15

45-85 Primum ... amplecterentur Les idées exprimées ici se retrouvent - parfois en des termes très proches - dans Querela (ASD IV, 2, p. 63, l. 64-p. 64, l. 104). Cf. aussi dans De cop. verb. (ASD I, 6, p. 226, ll. 720-748) le schématype du discours pour persuader un roi de ne pas entreprendre de guerre; le premier des sept arguments généraux est "bello conflictari non esse hominis, ad beneuolentiam nati, sed brutorum animalium, quibus natura arma quaedam addidisse videtur" (ll. 722-723).

48-62 Nam ... potissimum Tout ce passage est inspiré de Plin. Nat. VII, 1, 1-5 (cf. aussi infra, ll. 143 et 172-173). Considérations analogues Cic. Nat. II, 47, 121; Lucr. V, 222-234; Sen. Dial. VI, 11, 3.

66-67 oculos ... signa Cf. Cic. De or. III, 59, 221-223; Leg. I, 9, 27: "oculi nimis arguti quemadmodum animo affecti sumus loquuntur"; cf. aussi Quint. Inst. XI, 3, 75.

69 lachrymas Cf. Iuv. 15, 131-143.

70-78 Nec ... degenerarit Cf. notamment Cic. Off. I, 4, 12 et I, 7, 22; Fin. III, 20, 65 et V, 23, 65; Sen. Epist. 95, 52-53.

89-90 homo ... homini Cf. Adag. 69 (Homo homini deus), ASD II, 1, pp. 180-182.

95 haec nulli ... ancora Cf. Adag. 24 (Sacram ancoram soluere), ASD II, 1, p. 136.

96 belli simulacrum Cf. supra, n.l. 43.

17

113-114 Infelicius ... sustulisset En π, occisos avait d'abord été précisé comme suit: "crudelius occisos quam si ferro essent"; puis cette formulation a été biffée, probablement pour raison stylistique (cf. l. 115 une expression presque identique: crudelius quam ferro peremptas), et remplacée par infelicius ... sustulisset, que l'on retrouve en F-I.

124-125 bellum ... seritur Er. s'inspire probablement de Sali. Hist. frg. IV, 69, 20: "bella ex bellis serundo". Cf. Panegyr. ad Philipp., ASD IV, 1, p. 74, l. 558; Ep. 288, l. 78; Inst. princ. christ., ASD IV, 1, p. 213, l. 460; Querela, ASD IV, 2, p. 99, l. 906.

125 e pusillo ... exoritur Cf. Querela, ASD IV, 2, p. 92, l. 738.

126 de Lernaeo monstro Cf. infra, ll. 328 et 490; Adag. 227 (Lerna malorum), ASD II, 1, pp. 338-340; Panegyr. ad Philipp., ASD IV, 1, p. 74, ll. 566-567; Querela, ASD IV, 2, p. 61, l. 13.

127-133 veteres ... cruento Cf. Verg. Aen. VII, 323-562; Ep. 288, ll. 53-55.

130 Cui ... artes Verg. Aen. VII, 337 sq. (tibi); Junon s'y adresse à la Furie Alecto.

131 innumeris ... colubris Cf. Id. Aen. VII, 329: "tot pullulat atra colubris" (à propos d'Alecto).
     Pan insano tumultu Cf. Adag. 2603 (Panicus casus), ASD II, 6, pp. 425-426.

132 Bellona ... flagellum Cf. Verg. Aen. VIII, 703: "cum sanguineo sequitur Bellona flagello".

132-133 Furor ... cruento Id. Aen. I, 294-296. Mais Er. prend le contrepied de la prédiction que Virgile attribue à Jupiter: "Claudentur Belli portae".

134-135 alii ... neque bellum Cf. Serv. Comm. Aen. I, 22; Donat. Ars gramm. III, 6, p. 402 Keil (Grammatici latini, t. IV).

136 Furiae ... Eumenides Cf. Serv. Comm. Aen. VI, 250. En sens inverse, infra, ll. 248-250.

136-157 alii ... mortalium Cf. Ep. 288, ll. 24-30; De cop. verb., ASD I, 6, p. 226, ll. 722-730.

136-137 alii ... congredi Cf. Fest. p. 30, 3-4 Lindsay: "bellum a beluis dicitur, quia beluarum sit pernitiosa dissensio".

137-142 At mihi ... tigrides Cf. Sen. Epist. 95, 31.

138-153 Primum ... concidisse Cf. Querela, ASD IV, 2, p. 80, ll. 451-463 et p. 78, ll. 417-422.

142-144 Quanquam ... homo Cf. Iuv. 15, 159-166.

143 canis ... est Proverbe cité par Varro, Ling. lat. VII, 31; cf. Otto 323.
     leonum ... dimicat Plin. Nat. VII, 1, 5 (feritas inter se); également cité Querela, ASD IV, 2, p. 62, ll. 57-58 (inter ipsos feritas). Sur l'utilisation de ce passage dans le présent adage, cf. supra, n.ll. 48-62.

144 homini ... homo Cf. Adag. 70 (Homo homini lupus), ASD II, 1, p. 183.

145-146 cacodaemonum Cf. Hoven, s.v. cacodaemon.

147 fames ... rabiem Cf. Sen. Nat. V, 18, 9.

19

169 tartareis machinis Même expression Querela, ASD IV, 2, p. 80, l. 456.

172-173 Sunt qui ... genuerim Cf. Plin. Nat. VII, 1, 1: "Natura ... parens melior homini an tristior nouerca fuerit" (cf. supra, n.ll. 48-62); Quint. Inst. XII, 1, 2: "Rerum ipsa natura ... non parens, sed nouerca fuerit si ..."; Adag. 764 (Ipsa dies quandoque parens, quandoque nouerca), ASD II, 2, pp. 288-290.

180 malus genius Cf. Adag. 72 (Genius malus), ASD II, 1, pp. 184-186.

191 architectrix Cf. Hoven, s.v. architectrix.

193-273 haud mediocriter ... videntur Dans ce long passage, Er. reconstitue en quelque sorte la "préhistoire" de la guerre (π mentionne, comme en soustitre, non repris dans les éditions: "Origo belli"). La première partie (ll. 198-227) s'appuie sur des théories attribuées à Pythagore, qui est mentionné expressément l. 208. Er. s'y inspire d'Ov. Met. XV, 72-126, 138-142 et 463-478, dont il cite d'ailleurs deux brefs extraits, le premier (ll. 217-218) avec la mention vt ait Ouidius, le second (l. 223) sans référence explicite; cf. aussi Plut. Mor. 997 d- 998 c. Cf. encore, mais avec des conclusions très différentes, Id. Mor. 86 d, repris par Er. Parab., ASD I, 5, p. 182, ll. 343-345.

196-197 Iuv. 2, 83.

207-209 Post haec ... videri Cf. infra, n.ll. 215-219.

208 Pythagoras Cf. supra, n.ll. 193-273.

209-215 Consuetudo ... assuetudo Parenthèse relative à la consuetudo. Er. s'inspire probablement d'Hdt. III, 38; en ce qui concerne les exemples, cf. d'autres passages du même auteur: I, 216 et III, 99 pour ll. 211-212 (sanctum ... vesct); I, 199 pour ll. 212-213 (pulchrum ... populo).

209-211 apud nationes ... contigerat Cf. Adag. 2401 (Risus Sardonius), ASD II, 5, p. 290, ll. 12-16.

215-219 Ergo ... commoditas Reprend le développement commencé ll. 207-209 et interrompu par la parenthèse des ll. 209-215. Outre Ov. loc. cit. et Plut. loc. cit., cf. Diog. Laert. VIII, 13 et 22; Iuv. 15, 171-174.

217-218 Ov. Met. XV, 88 (condi). Cf. supra, n.ll. 193-273.

21

223 animal ... doloque Ον. Met. XV, 120 (dolisque); cf. supra, n.ll. 193-273. Er. applique l'expression aux brebis, alors qu'Ov. l'avait employée à propos des boeufs; il pourrait s'agir d'une contamination entre vers 116 "Quid meruistis oues, placidum pecus?" et vers 120 "Quid meruere boues, animal ... ?".

234-235 iam ... perimi Cf. Plut. Mor. 998 bc; Parab., ASD I, 5, p. 184, ll. 391-393.

239 Cacum Sur Cacus, brigand tué par Hercule, cf. Verg. Aen. VIII, 193-267; Conflict. Thal. et Barbar., LB I, 891 D. Busiridem Sur Busiris, roi d'Égypte tué par Hercule à cause de sa cruauté, cf. Verg. Georg. III, 5; Ov. Met. IX, 182-183.

248-250 bellum ... propelleret Cf. en sens inverse, supra, ll. 132-136.

251 (app. crit.) Alors que la forme correcte malitia avait été rétablie en π, F et les éditions ultérieures ont curieusement gardé militia.

253 fecialem Cf. infra, ll. 561-563.

258 hostes, velut hospites Cf. Serv. Comm. Aen. IV, 424.

275-276 Belligeramur ... populo Cf. Querela, ASD IV, 2, p. 78, ll. 397-399: "Pugnant passim atque assidue, nec modus nec finis. Colliditur gens cum gente, ciuitas cum ciuitate, factio cum factione, princeps cum principe".

277 (app. crit.) La note marginale en Ο est inadéquate.

279-280 quod ... Christiano Cf. Querela, ASD IV, 2, p. 74, ll. 298-299: "ostentum non est si Christianus pugnet cum Christiano?". Cf. infra, ll. 417-418.

281-293 Sunt qui ... episcoporum Cf. Coll., ASD I, 3, p. 578, ll. 51-60.

283 oleum ... camino Hor. Serm. II, 3, 321 (adde). Cf. Adag. 109 (Oleum camino addere), ASD II, 1, p. 221.

23

286-291 prophetarum ... detorquebatur Cf. Querela, ASD IV, 2, p. 82, ll. 514-515: "huc arcanae Scripturae verba impudentissime detorquemus, ne dicam impie".

287-288 Non ... meridiano   Ps. 91 (90), 5-6.

288-289 Codent... tuis   Ps. 91 (90), 7.

289-290 Super ... draconem   Ps. 91 (90), 13.

294-298 Concurrunt... autorem Cf. Inst. princ. christ., ASD IV, 1, p. 218, ll. 601-605; Querela, ASD IV, 2, p. 83, l. 524-p. 84, l. 538.

300 Paulus Apostolus Cf. 1 Cor. 6, 1; Querela, ASD IV, 2, p. 67, ll. 169-170: "Paulus rem non ferendam censet, quod Christianus litiget aduersus Christianum".

304-305 his qui ... populum Cf. Adag. 2201, ASD II, 5, p. 184, ll. 514-515: "Qui conuenit autorem esse belli eum, qui pacis omine salutat populum?".

306 Cares Cf. Adag. 514 (In Care periculum), ASD II, 2, pp. 36-38.

310 fucum Cf. Adag. 452 (Fucum facere), ASD II, 1, pp. 525-526.

312-314 bellum cum pace ... comparemus Développement ll. 316-414; cf. Panegyr. ad Philipp., ASD IV, 1, p. 73, l. 502-p. 75, l. 580.

325-326 Concordia ... magnae Sall. Iug. 10, 6 (paruae res; maximae dilabuntur) = Sen. Epist. 94, 46, qui attribue la maxime à M. Agrippa. Cf. Otto 418.

326-327 Pax ... nutrix Cf. Querela, ASD IV, 2, p. 61, ll. 18-19: "Pax ... fons, parens altrix, ampliatrix, tutatrix rerum bonarum omnium", χ mentionne, comme en soustitre, "Pacis effectus", non repris en G-I (de même, ll. 338, 387 et 396).

328 malorum Lernam Cf. supra, n.l. 126.

337 Laudantur ... puerperae Hor. Carm. IV, 5, 23.

338 At simul ... χ mentionne, comme en soustitre, "Belli effectus et consequentiae" (cf. n.ll. 326-327).

339 malorum pelagus Cf. Adag. 228 (Mare malorum), ASD II, 1, p. 340, ll. 900-920.

25

347 Silent leges Cf. Cic. Mil. 4, 11: "Silent enim leges inter arma"; Panegyr. ad Philipp., ASD IV, 1, p. 73, ll. 506-507; Ep. 288, ll. 45-46; Querela, ASD IV, 2, p. 93, l. 758.

354-376 Nimium ... sentiunt Cf. Inst. princ. christ., ASD IV, 1, p. 218, ll. 588-591.

356-357 Ante ... nouos Cf. Ep. 1593, ll. 28-31; Plin., Nat., XXVI, 6, 9.

358 senectutem ... immedicabilem Cf. Ter. Phorm. 575: "Senectus ipsast morbus"; Sen. Epist. 108, 28: "senectus ... insanabilis morbus est"; Adag. 1537 (Ipsa senectus morbus est), ASD II, 4, pp. 46-48, qui cite également Ter. et Sen., loc. cit.
    (app. crit.) En π, "ineuita" de "ineuitabilem" est biffé et remplacé par une mention manuscrite peu lisible - du moins en photocopie -, vraisemblablement "immedica".

368 Hom., Il., XVII, 446-447.

381-383 Quanquam ... poenituerit Cf. Adag. 2629 (Testa collisa testae), ASD II, 6, p. 440, ll. 206-207.

381-382 Cadmeam ... victoriam   Adag. 1734, ASD II, 4, pp. 170-172.

387 Primum quam ... χ mentionne, comme en soustitre, "Incommoda principis militantis" (cf. n.ll. 326-327).

396 incommoda vitae ... χ mentionne, comme en soustitre, "Incommoda militis gregarii" (cf. n.ll. 326-327).

397-398 bos ... Cyprius   Adag. 995, ASD II, 2, p. 492.

398 (app. crit.) En π, texte presque illisible, du moins en photocopie.

406-409 Quod si ... accersitur Cf. Inst. princ. christ., ASD IV, 1, p. 217, ll. 576-578; Querela, ASD IV, 2, p. 94, ll. 795-797.

406 ad calculum vocare Cf. Adag. 455 (Calcu lum reducere), ASD II, 1, pp. 528-530.

409-411 Tantam ... oppidum Cf. Inst. princ. christ., ASD IV, 1, p. 217, ll. 573-576; Querela, ASD IV, 2, p. 94, ll. 790-792.

27

416-417 ab inferis ... Furiae Cf. supra, ll. 126-133.

417 Christianus in Christianum Cf. supra, l. 280.

420-426 Quam absurdum ... haereditatem Cf. Panegyr. ad Philipp., ASD IV, 1, p. 75, l. 596-p. 76, l. 602; Ep. 288, ll. 30-36; Querela, ASD IV, 2, p. 76, ll. 355-388. Analyse théologique de notre passage, ainsi que des passages parallèles de l'Ep. 288 et de la Querela, par G. Chantraine, Mysterium et Sacramentum dans le "Dulce bellum", in: Colloquium Erasmianum. Actes du Colloque international réuni à Mons du 26 au 29 octobre 1967, Mons, 1968, pp. 33-45.

421-422 eiusdem ... Christo Cf. Rom. 12, 5; cf. infra, ll. 458-459.

426 ad eandem ... haereditatem Cf. Rom. 8, 17.

429 Felici... suos Cf. Lc. 24, 36; Ioh. 20, 19; 20, 21; 20, 26; Querela, ASD IV, 2, p. 72, l. 262.

429-430 discipulis ... relinquit Cf. Ioh. 14, 27; Querela, ASD IV, 2, p. 72, l. 268.

430-432 In sacris ... secum Cf. Ioh. 17, 11; 17, 20-26; Querela, ASD IV, 2, p. 72, ll. 271-275.

433-436 Christi ... sanguinarius esset Cf. 2 Sm. 7, 12-17; 1 Rg, 8, 16-19; 1 Chr., 17, 3-15; 28, 2-7; Panegyr. ad Philipp., ASD IV, 1, p. 79, ll. 713-714; Inst. princ. christ., ASD IV, 1, p. 218, ll. 610-612; Querela, ASD IV, 2, p. 72, ll. 242-245.

437 Mosaicae legis absolutor désigne le Christ. Le substantif absolutor ne paraît pas attesté ailleurs au sens de "celui qui achève", "celui qui parfait", mais "absolutus (-a, um)" a déjà chez Cic. le sens d'"achevé", "parfait". Mme Seidel Menchi (p. 235) traduit: "il perfezionatore della legge mosaica".

437-438 etiam ... diligendos Cf. Mt. 5, 44; Lc. 6, 27-35.

438-439 Nato ... angeli Cf. Lc. 2, 13-14; Querela, ASD IV, 2, p. 72, ll. 252-253: "Nato iam Christo, num bellicis tubis insonant angeli?".

439-440 Et... eius Ps. 76 (75), 3. Également cité Querela, ASD IV, 2, p. 70, l. 212.

443 iussit ... mites Cf. Mt. 11, 28-30.

443-449 Beatos ... afficerentur Cf. Mt. 5, 3-12; Lc. 6, 20-23; infra, l. 671.

449 Vetuit ... resisteret Cf. Mt. 5, 39; infra, ll. 688-689; Adag. 2201, ASD II, 5, p. 184, l. 518.

456-457 Christus ... palmites Ioh. 15, 5: "Ego sum vitis, vos palmites". Cf. Querela, ASD IV, 2, p. 74, ll. 296-298.

458-459 Paulus Cf. Rom. 12, 5; Eph. 4, 16; 5, 23; cf. supra, ll. 421-422.

465-466 Fiat ... terra Mt. 6, 10 (sicut in caelo et in terra: Vulg.; dans son éd. de 1516, reprint, p. 11, LB VI, 36 B, Er. traduira "quemadmodum ... sic etiam'; cf. sa justification Annot., reprint, p. 250, LB VI, 36 F.

29

469 finge Cette "fiction" s'étend jusqu'à la l. 491.

469-470 e lunaribus ... Empedocles À rapprocher peut-être, bien qu'Empédocle n'y soit pas explicitement mentionné, des propos que Diog. Laert. VIII, 72 attribue à Héraclide: ἐκ τῆς σελήνης πεπτωκέναι ἄνθρωπον (cf. déjà n. éd. Remy, pp. 56-57).

471 Democritus Cf. Diog. Laert. IX, 44; Cic. Nat. I, 26, 73; Val. Max. VIII, 14, ext. 2; infra, ll. 552-553.

480 ex ... specula Cf. Adag. 3295 (Velut in spécula), infra.

486-491 an ... Saracenos Cf. Annot. in Luc. 22, 36 (reprint, p. 349; LB VI, 319 C): "illud factum est vt apud christianos insanius prope tumultuetur, litigetur, pugnetur pro re, pro ditione, pro vindicta, quam vsquam apud ethnicos".

490 Lernam Cf. supra, n.l. 126.

491 Turcas aut Saracenos Ces deux noms sont également associés Inst. princ. christ., ASD IV, 1, p. 217, l. 583.

508-509 aquam flammis miscere Cf. Adag. 3294 (Aquam igni miscere), infra.

511 vim vi repellere Cf. Ulp. dans Dig. IV, 2, 12.

513-514 (app. crit. ) En π, texte presque illisible, du moins en photocopie.

521-522 ad ... aures Adag. 1227, LB II, 492 CD.

527-528 hunc ... proximus Cf. Adag. 291 (Omnes sibi melius esse malunt quam alteri), ASD II, 1, pp. 397-398.

31

538-539 perfricta facie Cf. Adag. 747 (Faciem perfricare), ASD II, 2, pp. 269-270.

543-600 Et... superamus Comparaison entre la guerre chez les païens de l'Antiquité et chez les chrétiens.

546-548 Et ... ipsi Cf. Inst. princ. christ, ASD IV, 1, p. 217, l. 583-p. 218, l. 587, et surtout Querela, ASD IV, 2, p. 84, ll. 558-561.

548-551 Insaniebat ... infligi Cf. Hdt. VII, 35; Plut. Mor. 455 d; Adag. 201, ASD II, 1, p. 306, ll. 54-57.

552-553 Optabat ... deuinceret Cf. Iuv. 10, 168: "Vnus Pellaeo iuueni non sufficit orbis"; Curt. IX, 6, 20; Val. Max. VIII, 14, ext. 2; Plut. Mor. 466 d. Cf. supra, n.l. 471.

553-554 isti ... latrones   Isti renvoie à Xerxes (l. 548) et à Alexandre le Grand (l. 552). Pour Xerxes, cf. Sen. Brev. vit. 18, 5: "furiosi ... regis"; pour Alexandre, cf. Id. Benef. I, 13, 3: "latro gentiumque vastator". Cf. Ep. 3032, ll. 97-98: "alterum (= Alexandrum Magnum) Seneca appellat furiosum iuuenem".

556-591 Si ... deterior Cette addition de π, manifestement trop longue pour prendre place dans les marges de la p. 731 de E, occupe une page et demie d'une feuille supplémentaire insérée dans E, avec renvoi à la p. 731. Une note évidemment ultérieure, d'une autre main, renvoie à l'éd. de 1533 (H): "pag. 860 éd. 1533". James Hutton, qui a étudié l'influence du Dulce bellum et de la Querela en France jusqu'en 1570 (Erasmus and France: the Propaganda for Peace, Studies in the Renaissance, VIII, 1961, pp. 103-127), et notamment leur influence sur le De bello et pace publié en 1523 par Josse Clichtove, émet l'hypothèse qu'en retour l'ouvrage de Clichtove pourrait avoir joué un certain rôle dans les additions faites ensuite au Dulce bellum, notamment le présent passage (op. cit., pp. 109 sq. ). Cf. aussi infra, n.ll. 635-661.

561-563 Apud... temperarent Cf. supra, n.l. 253. Sur le rôle des féciaux et notamment du "pater patratus" dans la Rome antique, cf. Samter, RE VI, 2259-2265, s.v. Fetiales.

565-569 Ac ... liceat Cf. Plut. Mor. 273 ef.

570-572 signum ... dimiserit hostem Cf. Id. Mor. 273 f.

577-581 Et ... puniuntur Cf. Ep. 288, ll. 40-42.

33

591-596 Illi ... deuinci Cf. Querela, ASD IV, 2, p. 78, ll. 412-414.

602-608 Si ... manum Cf. Querela, ASD IV, 2, p. 78, ll. 406-411.

603-604 (app. crit.) Er. avait d'abord écrit Iudaeos nunquam bellasse inter se, ce qui avait provoqué la réaction d'un lecteur attentif, le Dominicain Jacques de Calkar (ou Rydder), reprochant à l'auteur de n'avoir pas tenu compte de la guerre contre la tribu de Benjamin, racontée Iudic. 20, et lui suggérant de remédier à cette inexactitude en remplaçant dans la suite du texte aduersus alienigenas et impios par "aduersus alienigenas aut impios", expression où le terme "impios" aurait visé les Benjamites. Ces remarques avaient été transmises à Er. par Gérard Noviomagus (ou Geldenhauer) dans une lettre aujourd'hui perdue, mais dont nous pouvons reconstituer les éléments par la réponse d'Er. (Ep. 811) qu'Allen date par conjecture d'avril 1518 et qui de toute manière est antérieure à octobre 1519, puisqu'elle figure dans la Farrago noua Epistolarum publiée à cette date par Froben. Tout en se justifiant, et sans admettre la correction suggérée, Er. promet de modifier le passage dans l'éd. suivante (l. 35: "proxima aeditione locus is mutabitur"); il ne le fera toutefois pas en 1520 (éd. D), mais seulement en 1523 (éd. E), remplaçant nunquam par vix vnquam (dans l'Ep. 811, ll. 28-29, il disait avoir employé nunquam au sens de "fere nunquam").

607 iussu diuino Cf. Inst. princ. christ., ASD IV, 1, p. 218, ll. 607-608.

611-612 litteram ... occidentem   2 Cor. 3, 6 (littera ... occidit).

613 ob duritiam ingenii Cf. Mc. 10, 4-5.
     Christus ... gladium Cf. Mt. 16, 52; Joh. 18, 11; infra, l. 624.

614-616 pulcherrimum ... mortis Cf. Adag. 2201, ASD II, 5, p. 180, ll. 427-429.

621-625 Nihil... licitum Cf. Lc. 22, 38.

624 iussus ... recondere Cf. supra, n.l. 613.

626 Iudaeus adhuc Cf. Querela, ASD IV, 2, p. 75, l. 331: "Petrum adhuc semiiudaeum".

632-635 Cur ... martyres Cf. Lc. 22, 36 et le long commentaire d'Er. dans ses Annot. (reprint, pp. 347-349; LB, VI, 317-321); cf. aussi Adag. 2201, ASD II, 5, p. 176, ll. 340-352.

635 martyres En π., après ce mot, signe de renvoi sans correspondant apparent: il devait y avoir un feuillet supplémentaire, aujourd'hui perdu, contenant le texte (ll. 635-661) inséré à partir de F. En χ, ce signe de renvoi est répété en face du texte déjà imprimé.

635-661 Hic ... dolens James Hutton (cf. supra, n.ll. 556-591) se demande (op. cit., pp. 110-112) si cette addition n'est pas une réaction d'Er. à un passage du De pace et bello de Josse Clichtove, où on lit notamment (f° 36 r°): "Caeterum his haud ineptam responsionem adhibebit quispiam, quae ex euangelio et Paulo nunc deprompta sunt, non esse praeceptoria dicta sed consilium tantum exprimentia, quod amplecti aut praetermittere cuique liberum sit". Cf. aussi Emile V. Telle (pp. 31-35 de sa réédition en facsimilé de Berquin, La complainte de la paix, Paris-Genève, 1978), qui cite d'ailleurs J. Hutton (p. 32). Toutefois, l'amorce du présent passage se trouve dès mars 1522 dans Coll. (ASD I, 3, p. 156, ll. 1004-1008): "Trasymachus. 'Audiui ex rabinis, quod licet sua cuique arte viuere.' Hanno. 'Praeclara ars incendere domos, diripere templa, violare sacras virgines, spoliare miseros, occidere innoxios.' Trasymachus. 'Lanii conducuntur ad mactandum bouem; quur nostra ars reprehenditur, quod conducimur ad mactandos homines?"

35

640-641 Sacerdotibus ... iustitiae Cf. Thomas d'Aquin, Summa theologica, Secunda secundae, quaestio XL, arr. 2: "... dicendum quod praelati et clerici ex auctoritate superioris possunt interesse bellis, non quidem vt ipsi propria manu pugnent, sed vt iuste pugnantibus spiritualiter subueniant suis exhortationibus et absolutionibus, et aliis huiusmodi spiritualibus subuentionibus". Cf. infra, l. 688.

645 Nolite ... crastino   Mt. 6, 34 (esse in crastinum).

645-646 Benefacite ... vos   Mt. 5, 44 (his); Lc. 6, 27 (his).

662 vt... propellamus Cf. supra, n.l. 511.

663-664 Hes. Erg. 686: Χρήματα γὰρ ψυχὴ πέλεται δειλοῖσι βροτοῖσι.

664-665 ne ... benemereamur Cf. Lc. 6, 28.

665-666 vt tollenti ... concedamus Cf. Mt. 5, 40; Lc. 6, 29.

666-667 vt deprecemur ... intentant Cf. Mt. 5, 44; Querela, ASD IV, 2, p. 74, ll. 308-309.

671 Mt. 5, 3 (Beati); cf. supra, ll. 443-449.

674 ii qui Il faudrait peut-être supprimer qui.

675-689 Iam ... resistit Cf. Ep. 288, ll. 105-113; Inst. princ. christ., ASD IV, 1, p. 215, ll. 512-521.

686 Bernardus, Ad milites 3 (Migne, PL 182, 924-925).

688 Thomae disputatio Thomas d'Aquin, Summa theologica, Secunda secundae, quaestio XL; cf. supra, ll. 640-641.

688-689 in ... resistamus Cf. Mt. 5, 39; supra, l. 449; Adag. 2201, ASD II, 5, p. 184, l. 518.

694-696 hic ... virgines Cf. Inst. princ. christ., ASD IV, 1, p. 216, ll. 560-562; Adag. 2629 (Testa collisa testae), ASD II, 6, p. 440, ll. 209-211; Querela, ASD IV, 2, p. 88, ll. 622-623.

37

710-711 vt ... discrimen Cf. Adag. 2201, ASD II, 5, p. 184, ll. 520-521.

711 (app. crit.) En π, texte peu lisible, du moins en photocopie.

713-714 Dixerit ... disputare Cf. Ep. 288, ll. 68-76; Inst. princ. christ., ASD IV, 1, p. 214, l. 506-p. 215, l. 511.

719-720 Repetant... Troianus Cf. Verg. Aen. I, 242-249, particulièrement 247.

722 dominium ... administratio Cf. Ep. 288, ll. 91-92; Adag. 201, ASD II, 1, p. 311, ll. 193-194; Adag. 2201, ASD II, 5, p. 172, ll. 282-284.

724 populi consensus Cf. Adag. 2201, ASD II, 5, p. 172, ll. 275-276.

731-765 prudentis ... vindicandus est Cf. De cop. verb., ASD I, 6, p. 226, ll. 720-748; cf. supra, n.ll. 45-85.

756 coruos ... hiantes Cf. Hor. Serm. II, 5, 56: "coruum deludet hiantem"; Adag. 615 (Coruum delusit hiantem), ASD II, 2, p. 138.

759-765 Quod ... vindicandus est Cf. Ep. 288, ll. 96-100.

760-761 multo ... aequum Cf. Cic. Fam. VI, 6, 5: "cum vel iniquissimam pacem iustissimo bello anteferrem" ; Panegyr. ad Philipp., ASD, IV, 1, p. 74, ll. 565-566; Querela, ASD IV, 2, p. 86, ll. 581-582; Ep. 1819, ll. 152-153; Ep. 3032, l. 81.

762 aureo ... hamo Cf. Suet. Aug. 25, 6: "aureo hamo piscantibus"; Adag. 1160 (Aureo piscari hamo), LB II, 468 A-C; Panegyr. ad Philipp., ASD IV, 1, p. 75, l. 589.

39

768-769 sursum ac deorsum Cf. Adag. 285, ASD II, 1, pp. 387-389.

773-777 Tot ... componuntur Cf. Ep. 288, ll. 76-82; Inst. princ. christ., ASD IV, 1, p. 216, ll. 541-544; Querela, ASD IV, 2, p. 86, ll. 578-581.

779 populus ... Ecclesia Cf. Adag. 2201, ASD II, 5, p. 174, l. 294: "ecclesia populus est christianus".

781-804 Mihi ... deprehendere Cf. Inst. princ. christ., ASD IV, 1, p. 218, ll. 616-626.

790 subiguntur Il faudrait peut-être corriger en "subigentur" ou en "subigantur".

818-819 qui ... gloriantur L'addition de se à partir de l'éd. F (cf. app. crit.) ne corrige pas vraiment la maladresse de l'expression.

824-825 canis in balneo Cf. Adag. 339 (Quid cani et balneo?), ASD II, 1, pp. 438-442, où l'on trouve aussi (p. 441, l. 833 et p. 442, l. 838) l'expression sous la forme adoptée ici.

833-834 Eiiciamus ... fratris Cf. Mt. 7, 5.

41

839 linum ... extinguit   Is. 42, 3, repris par Mt. 12, 20 (extinguet).
     baculum ... comminuit Cf. Is. loc. cit. : "calamum quassatum non conteret", repris par Mt. loc. cit.: "arundinem quassatam non confringer" (Vulg. ); dans son éd. de 1516 (reprint, p. 26; LB VI, 68 A), Er. traduit: "arundinem comminutam non confringet". Ici, Er. intervertit les deux verbes, au risque de commettre un contresens.

848 Si ... nos   Rom. 8, 31.

850-851 Qui ... peribit Cf. Mt. 26, 52: "Qui acceperint gladium, gladio peribunt".

851-853 accingamur ... panopliam Cf. Eph. 6, 14-17.

861 Messis ... operarii Er. s'inspire de Mt. 9, 37 ou Lc. 10, 2: "Messis quidem multa, operarii autem pauci" (Vulg.); dans son éd. de 1516, il adopte la même traduction pour Lc., tandis que pour Mt., il écrit (reprint, pp. 19-20; LB VI, 52 D): "Ipsa quidem messis copiosa, caeterum operarii pauci". Ici, il modifie le rapport entre les deux propositions, en employant si non au lieu de "autem" ou de "caeterum".

877-878 cum ... Antipolemo Cf. Cat. lucubr. I, p. 37, ll. 7-14. Cet Antipolemus n'a jamais été publié et toute trace en est perdue.

889 Stultorum ... aestus Hor. Epist. I, 2, 8 (aestum: aestus v.l. et edd. vett. ). Ce vers concerne effectivement l'Iliade; il est également cité Adag. 201, ASD II, 1, p. 304, l. 34, où, comme ici, iras est donné en B-F et corrigé en aestus par y, suivi par G-I.

890-898 Sunt ... occasionem Cf. Inst. princ. christ., ASD IV, 1, p. 216, ll. 529-531.

43

904-906 si ... demoliri Cf. Ep. 288, ll. 58-60.

906-910 vt ... plurimum Cf. Panegyr. ad Philipp., ASD IV, 1, p. 70, ll. 406-407.

915-916 dum ... palparis Cf. Moria, ASD IV, 3, p. 96, ll. 475-477; Ep. 288, ll. 39-40.

921-922 Placent ... incertum Cf. Ep. 288, ll. 48-49 et 61-62.

932-933 dum ... praecipitamus Cf. Adag. 2289, ASD II, 5, p. 234.

939-942 Quod ... conficiatur Cf. Inst. princ. christ., ASD IV, 1, p. 213, l. 463-p. 214, l. 467; Ep. 3032, ll. 82-85.

941 omnem moueris lapidem Cf. Adag. 330, ASD II, 1, pp. 429-430.

957 via ... vita   Ioh. 14, 6.

969-990 inuitat ... feliciter Passage longuement développé dans une lettre qu'Er. adresse de Londres au Pape Léon X le 21 mai 1515 (Ep. 335) et que Froben publiera dès août 1515 dans le premier recueil de lettres d'Er. (Cf. L.-E. Halkin, Erasmus ex Erasmo, Aubel, 1983, pp. 27-29).

45

979 a teneris ... vnguiculis Adag. 652, ASD II, 2, pp. 178-179.

991-992 Sed ... audire C'est par une réflexion analogue qu'Er. termine l'adage 2201 (Sileni Alcibiadis), qui a été également pour lui prétexte à une longue digression: "Sed quo me sermonis cursus abripuit vt paroemiographum professus ecclesiastes esse coeperim? ..." (ASD II, 5, p. 190, ll. 642-648).

     3002 Les adages 3002-3005 se présentent selon une suite alphabétique Αρ-Ατ; ils ont probablement Suid. pour source première, de même d'ailleurs que les deux suivants, 3006 et 3007.

994 Suid. A 3770 (= Zenob. Ald. col. 43), avec mention παροιμία; cf. infra, l. 4.
     stupentibus ... oculis Cf. Suid. loc. cit. ( = Zenob. Ald. loc. cit.): ἐπὶ τῶν ἀτενῶς καὶ καταπληκτικῶς ὁρώντων.

995 Oreste Le rapprochement entre le présent adage et le célèbre héros argien semble dû à Er. lui-même; cf. d'ailleurs opinor.

995-997 Hesych. A 7019: Ἀργεῖοι· οἱ Ἕλληνες. Καὶ ἐκ τῶν εἱλώτων οἱ πιστευόμενοι οὕτως ἐλέγοντο. Ἢ λαμπροί.

997-1 Sunt... quam 'helotes' Réflexions personnelles d'Er., qui cherche à expliquer l'adage en partant de la notice d'Hesych.

3 Aristoph. Plut. 424: Βλέπει γέ τοι μανικόν τι. Cf. Adag. 2313, ASD II, 5, p. 246, l. 151, et infra, Adag. 3107.
eodem sensu À cause de la longue addition introduite en H, le sens de cette remarque n'apparaît plus clairement; elle renvoie en effet à stupentibus et attonitis oculis (l. 994).

4 Suid. loc. cit.

     3003

6 Suid. A 3771 (= Zenob. Ald. col. 43).

6-7 De ... Suidam Cf. Suid. loc. cit. ( = Zenob. Ald. loc. cit.): ἐπὶ τῶν προδήλως πονηρῶν· οἱ γὰρ Ἀργεῖοι ἐπὶ κλοπῇ κωμωδοῦνται.

9 tales ... furtis Tentative personnelle d'Er. pour établir un lien entre le sens de l'adjectif ἀργός (paresseux, oisif) et le proverbe cité.

9-12 Latini ... Festus Cf. Paul. Fest. p. 104, 28-105, 2 Lindsay: "Lauerniones fures antiqui dicebant, quod sub tutela deae Lauernae essent, in cuius luco obscuro abditoque solitos furta praedamque inter se luere". Sur Laverna, déesse des voleurs, cf. notamment Plaut. Aul. 445 et Hor. Epist. I, 16, 60; Latte-Fiesel, RE XII, 998-999, s.v. Laverna.

     3004

14 Suid. A 3853; Zenob. Ald. col. 44 = Cod. Laur. 80, 13, Coll. V, 29, p. 412 Jungblut.

14-15 Suidas ... tractat Suid. loc. cit.: ἐπὶ τῶν μετὰ βίας τι διαπραττομένων.

15 Zenodotus Terme employé par Er. au lieu de Zenobius; cf. Introd., p. 1.

15-17 Zenodotus ... rex Aussi bien en F qu'en A (cf. app. crit.), Er. a mal interprété Zenob. Ald. loc. cit. (ou peut-être, en A, Cod. | 47 Laur.): ἐκ τῶν Τιμοθέου Περσῶν τοῦτο, ὃ διὰ τὴν ἐπὶ τὴν σωτηριώδη εὐημερίαν Ἀθήνῃσιν ἐπιπολεύσασαν εἰς παροιμίαν περιέστη; ce texte indique en réalité que le proverbe est tiré des Perses de Timothée. Sur Timothée de Milet, cf. notamment P. Maas, RE, 2e R. VI, 1331-1337, s.v. Timotheos 9. Le vers en question est cité par Plut. Agesilas, 14, 4: Ἄρης τύραννος· χρυσὸν δ᾿ Ἑλλὰς οὐ δέδοικε (Timothée, fragm. 15 Wilamowitz); cf. aussi l'expression Ἄρης τύραννος seule dans Plut. Demetr. 42, 8.

17 Hesych. A 7174: Ἄρης τύραννος παροιμία.

18 Suid. A 3852: Ἄρης· κυρίως ὁ σίδηρος.

     3005

21 Suid. A 4307, qu'Er. suit jusqu'à distinctas (l. 22). L'oiseau en question est mal identifié; il pourrait s'agir du francolin. Cf. D'Arcy Wentworth Thompson, A Glossary of Greek Birds, Oxford, 1936, pp. 59-61.

22-25 Aristoph. Av. 760 sq.

28 Id. Av. 249.

30 Adag. 3273 (Attagenae nouilunium), infra.

     3006

32 Suid. Τ 309; Cod. Laur. 80, 13, Coll. IV, 40, p. 408 Jungblut, qu'Er. désigne ici sous le nom de Plutarchus (cf. Introd., p. 2). Sur l'île de Tenedos, et notamment sur les proverbes et les légendes qui s'y rattachent, cf. Fiehn, RE, 2e R. V, 494-498, s.v. Tenedos 1.

33 de ... aspectu Cod. Laur. loc. cit.: ἐπὶ τῶν φοβερῶν τὰς ὄψεις.

34-37 Suidas ... feriret Cf. Suid. loc. cit.

39 Adag. 829 (Tenedia bipennis), ASD II, 2, pp. 352-354. Cf. infra, l. 53 et Adag. 3007, l. 60.

40-51 Alii ... aspectu Er. suit ici Suid. Τ 310 = Zenob. Ald. col. 157 (cf. aussi Apost. 16, 25, mais avec Λευκοφόρον au lieu de Λευκοφρύν).

52 Paus. X, 14, 1-4.

53 Cf. supra, l. 39.

53-55 Cic. Ad Q. fr. II, 10 (9), 2 (54 securi Tenedia; 55 defenderet). Cf. Adag. 3867 (Securim iniicere), ASD II, 8, p. 211.

     3007

58 Suid. Τ 311 (= Zenob. Ald. col. 157; cf. Apost. 16, 26), qu'Er. suit jusqu'à ferant (l. 64).

60 Adag. 829 (Tenedia bipennis), ASD II, 2, pp. 352-354. Cf. supra, Adag. 3006, ll. 39 et 53.

61-64 Aristot. fragm. 610, 3 Gigon. Gigon cite d'après Apost. loc. cit.; même texte dans Suid. loc. cit., qu'Er. utilise (cf. apud eundem).

62 in Asserina En π, Asserina est biffé et remplacé par "Asteriis", qui rappelle le nom d'Ἀστέριον donné à cette localité par Plut. Mor. 399 F, ou plutôt celui d' Ἀστέριοι donné à ses habitants dans Hesych. A 7838. Cette variante, étrangère à la source utilisée dans cet adage, ne se trouve pas en F-I, et l'on peut se demander s'il ne s'agit pas d'une modification post-érasmienne (cf. infra, Adag. 3074, n.ll. 903-904); c'est pourquoi nous n'en avons pas fait mention dans l'app. crit.

49

64-65 Steph. Byz., Τένεδος: 'Τενέδιος ξυνήγορος' ὁ ἀπότομος καὶ σκληρός.

     3008 Les adages 3008-3010 ont pour source Cod. Laur. 80, 13, désigné sous le nom de Plutarchus (cf. Introd., p. 2).

68 Cod. Laur. 80, 13, Coll. IV, 43, p. 408 Jungblut (Ἐγκεῶ τις selon Jungblut; Er. a, semble-t-il, lu Ἐγκεῶτις en un mot). Cf. Zenob. Ald. col. 81 (Ἐν Κεῷ τίς) et Athen. III, 117 b (Ἐν Κέῳ τίς).

68-72 hoc ... Τίς ἡμέρα; Cf. Cod. Laur. 80, 13, loc. cit. (= Zenob. Ald. loc. cit.).

     3009

76 Cod. Laur. 80, 13, Coll. IV, 50, p. 409 Jungblut, dont Er. s'inspire ll. 77-79 (Aiunt ... formant) et ll. 82-84 (Alii ... circunferebat). L'épithète περιφόρητος a été attribuée dès l'Antiquité à deux personnages du nom d'Artémon, entre lesquels une certaine confusion s'est établie; a) un contemporain et rival d'Anacréon (VIe s. av. J.C.), présenté comme un jouisseur (cf. Crusius, RE II, 1446, s.v. Artemon 15); b) l'ingénieur de Clazomènes, contemporain de Périclès (Ve s. av. J.C.; cf. Toepffer, RE II, 1445, s.v. Artemon 1).

84-85 Athen. XII, 533 e-534 a, qui cite Chamaeleon (fragm. 36 Wehrli in Die Schule des Aristoteles IX, p. 60) et Anacréon (fragm. 21 Bergk = 43 Page). Pour le fragment d'Anacréon, le texte donné par Er. présente de notables divergences avec celui du texte complet d'Athen., mais il correspond à celui de l'Épitome (éd. S.P. Peppink, Leiden, 1937-1939, II, p. 87), sauf l. 92 πολλὰ μὲν, l. 93 πολλάκις δὲ.

85-86 (app. crit.) La mention erronée Clearchus en A-E s'explique par une confusion avec le passage qui précède immédiatement dans Athen., passage où Κλέαρχος est cité; le mot, biffé en π, réapparaît cepedant en F, où il y a contamination entre le texte de E et celui de π; l'erreur ne sera définitivement éliminée qu'en χ, suivi par G-I.

101 Satyros (fragm. 1 dans FHG III, p. 160), cité par Athen. XII, 534 b, immédiatement après le passage qui concerne Artemon.

106 Poll. V (et non VI), 144: Tὸ γὰρ περίτριμμα λοιδορία.

106-110 Plut. Per. 27, 3-4.

111-112 Plin. Nat. XXXIV, 19 (8), 56.

51

115-116 Nam ... appellant Cf. Vitr. X, 2, 9.

     3010

118 Cod. Laur. 80, 13, Coll. IV, 57, p. 410 Jungblut (= Zenob. Ald. col. 142), qu'Er. suit jusqu'à ligno (l. 124).

124-125 alio ... loco Adag. 1953 (Ὤ Λακιάδαι, Laciadae), ASD II, 4, pp. 310-312.

125 sed mutilatum La bonne leçon paraît toutefois être Ὤ Λακιάδαι (Adag. 1953, d'après Suid. Ω 62) et non Πλακιάδαι, le nom de Λακιάδαι correspondant à celui d'un dème de l'Attique; cf. Crusius, Analecta critica, pp. 56 et 64 et Schoeffer, RE V, 79-80, s.v. Δήμοι; ce dernier se réfère notamment à des inscriptions attiques.

     3011 Otto 886. Les adages 3011-3014 ont pour source Suid., avec suite alphabétique Δ-E.

127-128 Suid. Δ 1096 (= Zenob. Ald. col. 70; cf. Apost. 6, 8); cf. aussi Suid. E 3228 (Ἔστι τις δίκης ὀφθαλμός).

128-129 Chrysippe, Περὶ τοῦ Καλοῦ καὶ τῆς Ἡδονῆς, fragm. 1 (von Arnim, Stoicorum Veterum Fragmenta, III, p. 197 sq.) ap. Gell. XIV, 4.

133 Ἔστιν ... ὁρᾷ Menandr. Monost. 225 Jäkel = TrGF II, Adespota 421; cité sans nom d'auteur Plut. Mor. 1124 f et Apost. 7, 98 e; parfois attribué à Diphilus (Spuria, fragm. 136, vers 5, PCG) ou à Philémon (fragm. 246 Kock, vers 5).

     3012 Collect. 323, dont la source est Diogen. 4, 22.

136 Suid. Δ 1095 (cf. Apost. 6, 13 = Diogen. loc. cit.), qu'Er. suit jusqu'à incorruptis (l. 137).

137-138 Veteres ... Gellium cf. Adag. 3011, supra.

     3013

140 Suid. Δ 1168, Διονύσια (cf. Zenob. Ald. col. 83), qu'Er. suit jusqu'à la fin du texte (sauf quemadmodum ... vocat, ll. 143-144); il l'a consulté dès A et de nouveau pour F.

144 Verg. Aen. IV, 302-303: "trieterica Baccho / orgia". Sur la question des triétéries et notamment des triétéries dionysiaques, cf. R. Hanell, RE, 2e R. VII, 122-124, s.v. Trieteris 1.

144-145 Ἐξ αὐτοῦ σχεδὸν ... Διονυσίων Suid. loc. cit.; la formule, à partir de σχεδὸν, est déjà dans Aristoph. Thesmophor. 747 (χὤσον Bentley: ὅσον codd.).

147-149 quod ... νέκταρος Er. cite d'après Suid. un passage d'Aristoph. Ach. 195-196 (Αὗται), sans en reconnaître l'auteur (ex autore nescio quo).

     3014

153 Suid. E 1047 (= Zenob. Ald. col. 79); Er. remplace εἰμί par ἐστί.

155 ex Aristophane En A, Er. suit Suid., qui se réfère, sans plus de précision, à Aristophane. En π (suivi par F), Er. - ou plutôt son secrétaire - insère la mention des deux titres d'œuvres et ajoute plus bas les textes euxmêmes.

53

158-161 Aristoph. Plut. 903-904.

164 Alter II faut comprendre "Alter locus" (cf. locus l. 159): Id. Eccl. 1027 (σκήψομαι).

167-168 Euangelica parabola Mt. 22, 1-6.

     3015 En A, où il porte le n° 3001, cet adage est mis en évidence par une grande lettre d'attente Δ, qui est la première lettre du mot initial Δῶρον et qui en même temps marque le début de la quatrième Chiliade, puisque δ᾿ = 4. Er. rappellera cet adage infra, Adag. 3143.

170 Er. a pu trouver le lemme dans Cod. Laur. 80, 13 (Plut. Paroem. I, 53), Apost. 6, 42 a, Zenob. 3, 42 ou Zenob. Ald. col. 73 (mais chez ce dernier le texte est corrompu, notamment par influence de la prononciation byzantine: δῶρον δ᾿ ὅ τι δότης ἐπαινεῖ; cf. aussi infra, n.l. 183). Formule légèrement différente dans Suid. Δ 1474: Δῶρον, ὃ διδοῖ τις, ἐπαίνει.

172-178 Strab. VI, 1, Ι2, p. 262 C (l. 177 παρὲκ Toup: πάρες codd.).

179-182 interpres Il s'agit de Guarino de Vérone, traducteur de Strab.; cf. éd. Ven., J. Rosso de Vianis, 1498, f° LII r°.

183 in Collectaneis Adagiorum Zenob. ou Zenob. Ald. loc. cit. Le texte de l'oracle, effectivement corrompu (cf. multo deprauatissimum) s'y présente comme suit: Μούσκελλε βραχύνωτε παρὲκ θεόν, ἄλλα μαντεύων, / Οὐκ ἄλλα θηρεύσειν, δῶρον τὸ δὴ δότης ἐπαινεῖ (Zenob. Ald. ἐπαιεῖ). L'oracle est également reproduit, sous une forme légèrement différente, dans Diod. VIII, 17, 2.

187 Myscele Transcription de la forme Μύσκελε, que l'on trouve en A B (cf. app. crit., l. 185); en C-I, alors que la forme grecque est devenue Μύσκελλε, la forme latinisée Myscele a été maintenue pour des raisons métriques.

189-190 Myscelus ... contractum Er. tente d'expliquer μύσκελος / myscelus par μύς, la souris, + σκέλος, la jambe ou la patte. L'explication donnée pour βραχύνωτος / brachynotus est exacte: βραχύς, court, + νῶτος, le dos.

190 alias   Adag. 1343 (Crotone salubrius), LB II, 536 C-537 B, et Adag. 194 (Qui mori nolit ante tempus), ASD II, 1, p. 298; ce dernier adage concerne Sybaris. Sur Myscelos et la fondation de Crotone, cf. une tradition très différente dans Ov. Met. XV, 12-59; cf. aussi Zwicker, RE XVI, 1189-1191, s.v. Myskellos.

191-192 Suid. M 1473 et M 1474; ces deux notices n'ont effectivement aucun rapport avec la question traitée ici.

     3016 Les adages 3016-3019 ont pour source Suid., avec suite alphabétique Ι-Θ (dans Suid., Θ vient après Ι!).

194 Suid. I 241, dont Er. s'inspire jusqu'à aliis (l. 195); mention παροιμιῶδες.

196-198 Plut. Mor. 704 f: ἵπποις δὲ μιγνυμέναις ἐπαυλεῖται νόμος, ὃν ἱππόθορον ὀνομάζουσιν.

198-199 Id. Mor. 138 b.

55

199-200 Hom. Il. V, 30, 35, 355, 454, 507, 830, 904; XV, 127, 142; XXIV, 498. Mais θοῦρος et non θούριος.

201 ὀρεῖν Cf. Dictionarium Graecum, Ald., 1497: "ὀρέω: attollo"; Lexicon Graeco-Latinum, Paris, G. Morrhe, 1530: "ὀρέω: attollo, incito".

     3017

203 Suid. I 364, qui emprunte la formule à Aristoph. Lys. 689 sq. (μήποτε). Er. suit Suid. jusqu'à obdormiscerent (l. 208), sauf les additions introduites en B et en C.

205-208 Atque ... deterius Réflexions personnelles d'Er., liées à son pacifisme.

209 calcules fabarios Cf. Adag. 2.viii, ASD II, 1, p. 96, ll. 925-926 (d'après Plut. Mor. 12 e-f).

     3018

212 Suid. Θ 43 (= Apost. 8, 83 g); vers d'origine byzantine selon Petzold, p. 48. Cf. aussi Suid. Κ 138.

213 per somnium Pour traduire καθ᾿ ὕπνους, on attendrait "per somnum", comme dans le titre. Mais Er. a sacrifié la précision de la traduction à sa volonté d'obtenir, comme en grec, un sénaire iambique.

218-219 alibi   Adag. 2540 (Mortuos videns), ASD II, 6, p. 365.

     3019

221 Suid. Θ 574, qu'Er. suit jusqu'à Aiacis (l. 222).

222-223 Hom. Il. VII, 220, 222, 245, 266; XI, 545.

224 Ov. Met. XIII, 2 (clipei dominus).

225-227 Aristoph. Ran. 1016-1017 (226 λευκολόφους). Dans cette addition de π (suivi par F), Er. - ou plutôt son secrétaire constate que l'adage cité d'après Suid. provient en fait d'Aristoph.

228-229 Sed ... septibouinos Cette traduction (sauf les deux derniers mots) figurait déjà dans π, mais sur un feuillet séparé qui a été ultérieurement collé à la fin de χ (cf. un cas analogue infra, Adag. 3100). Tocci (pp. 71-72, scheda n° 14) n'était pas parvenu à une lecture satisfaisante et n'avait pas identifié le passage; lecture et identification sont dues à M. F. Heinimann. La mention 580, en tête du feuillet, reste inexpliquée.

     3020 Les adages 3020-3023 sont empruntés à Eust., qu'Er. consulte en Ms (cf. Introd. p. 2).

231-233 Eust. p. 444, 22, ad Il. IV, 48: παροιμία λέγουσα τὸ ἀεὶ Ἰλίῳ κακά. Cf. aussi Adag. 116, ASD II, 1, p. 338.

233-236 Stratonicus II s'agit de Stratonicus le cithariste (Athen. VIII, 347 f-351 a, particulièrement 351 a) qui, pour exercer son métier, était amené à circuler de ville en ville. Ce personnage est cité à plusieurs reprises par Er.: cf. ASD II, 1, p. 436, ll. 703-706; II, 4, p. 257, n.ll. 875-876; infra, Adag. 3056; cf. aussi Apophth. VI, Stratonicus 1-48 (LB IV, 308 E-312 B), notamment le n° 17 (LB IV, 309 E).

     3021 Cf. Strömberg, p. 98.

238-240 Eust. Comm. in Dionysium Periegetem, 492. Strömberg loc. cit. signale la survivance de ce vers comme proverbe populaire en grec moderne.

57

242-246 Plutarchus Er. traduit Plut. Mor. 232 f-233 a; cf. infra, Adag. 3138, où la traduction est légèrement différente.

     3022 Cf. Adag. 3170, infra.

248 Eust. p. 340, 11, ad Il. II, 763 (ἐπικρίνεται), avec mention παροιμία.

250 Aeginensibus On attendrait "Aegiensibus": la mention des juments thessaliennes (ou de la cavalerie thessalienne) se retrouve en effet dans la réponse qui aurait été donnée par l'oracle de Delphes non aux habitants de l'île d'Égine, mais à ceux d'Aegium, ville d'Achaïe (ou à ceux de Mégare): Suid. Y 108 et Tzetz. Chil. IV, Hist. 291; cf. aussi, mais sans précision sur les destinataires dans le texte même, Anth. Pal. XIV, 73. Une variante de cet oracle parle d' ἵπποι Θρηΐκιαι: Schol. ad Theocr. 14, 48; Theodrt. Graec. affect. cur. X, 35.

250-251 Eust. loc. cit.

251-253 Suid. I 538 (Ἱππεῖς λευκοθώρακες).

254 alio ... loco   Adag. 2217, ASD II, 5, p. 200.

     3023

257 Eust. p. 462, 35-37, ad Il. IV, 190, qu'Er. suit jusqu'à purgamentum (l. 259); mention παροιμία.

259-278 Caeterum ... repugnas En π, ce texte figure sur une feuille supplémentaire insé rée entre les pp. 740 et 741 de l' éd. E, avec renvoi à la p. 740. Après repugnas, signe de renvoi sans correspondant apparent: il devait y avoir une deuxième feuille supplémentaire, aujourd'hui perdue, contenant la suite du texte (ll. 279-306) inséré à partir de F.

260-262 Hesych. A 6475 Ἀπομαγδαλία (262 δὲ αὐτὸ).

202 (app. crit.) Nous avons adopté la leçon de π, conforme au texte d'Hesych.

264-267 Poll. 6, 93 (266 ἀποψησάμενοι; παρέβαλλον).

270-272 Aristoph. Equ. 413-414 (271 σ᾿ οἴομαι; 272 τοσοῦτος). On trouve en χ la mention "Distingue graecos versus", ce qui est fait dans l' éd. G; note analogue l. 276.

273 halantopola On attendrait la graphie "allantopola": les vers cités ont été prononcés par l' ἀλλαντοπώλης à l'adresse du Paphlagonien, qui représente Cléon.

275-276 Aristoph. Equ. 415-416 (276 μαχεῖ: μάχη v.l.).

279-287 Plut. Lyc. 12, 9-11 (285 ἐπεισίοντα; 286 συνεῖναι: συνιέναι codd. et éd. pr.; κεκαδδίσθαι Steph.: κεκαδδεῖσθαι codd.; 287 κάδδιχος: κάδδος v.l.).

280 interpres cf. infra, ll. 295-302.

59

294 (app. crit.) La traduction de ἀποδοκιμασθέντα exige reprobatus au lieu de probatus.

295-302 Lapus Nous avons consulté éd. Ven., N. Jenson, 1478, Ρ [b 10] v° (301 caddicatum; 301-302 caddicus).

302-304 Haec ... Aldi Er. utilise la deuxième éd. des Vitae de Plut., Ald. 1519 (éd. princ., Florence, Iunta, 1517). Lapus a-t-il, comme le suggère Er., utilisé un Ms dont le texte différait sensiblement de celui qui a servi de base à ces deux éditions? La question porte essentiellement sur le passage ὁ μὲν δοκιμάζων ... τοιαύτην (ll. 283-285; traduction d'Er. ll. 290-292, et de Lapus, ll. 298-300). On sait que dans les tribunaux athéniens ψῆφος πλήρης (cf. Aeschin. I, 79) signifiait acquittement, tandis que ψῆφος τετρυπημένη (Id. loc. cit.) ou τετρημμένη (supra, l. 284) signifiait condamnation. Or, la traduction de Lapus porte à se demander s'il ne croyait pas le contraire et s'il n'a pas "aménagé" sa traduction en partant de cette idée erronée.

304-306 Athen. IX, 409 c-d.

306-309 Id. IV, 149 c.

306-307 Arcadas, ni fallor Ce passage d'Athen. a effectivement pour titre Ἀρκαδικὸν δεῖπνον.

308 offa Ce mot traduit ἀπομαγδαλία.

310-313 Aristoph. Equ. 819.

315 Interpres Schol. ad Aristoph., loc. cit., parle d' Ἀγίλλειαι κριθαί.

316 Achilleum argumentum Cf. déjà, mais sans mention des "theologi", Adag. 641 (ASD II, 2, pp. 168-170): "rationem aut argumentum Achilleum vocant quod sit insuperabile et insolubile". On connaît bien en philosophie l'argument "l'Achille", dû à Zenon d'Élée (cf. Aristot. Phys. VI, 239 b). Quant au sens d' "argument solide" - dérivé du précédent ou évoquant la quasi-invincibilité du héros? -, on le rencontre effectivement, beaucoup plus tard, chez des théologiens. Le premier d'entre eux est, semble-t-il, un Oxonien du milieu du XlVe siècle, Nicolas Aston, qui donne le nom d'"Achilles" à sa preuve de l'existence de Dieu, preuve qui est fondée sur la dialectique et qui lui a valu une certaine célébrité. Cf. D. Trapp, Augustinian Theology of the 14th Century, Augustiniana, 6 (1956), pp. 146-274 (particulièrement pp. 229-231); Z. Kaluza, L'œuvre théologique de Nicolas Aston, Archives d'histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge, 45 (1978), pp. 45-82 (particulièrement pp. 50-51, y compris n. 20, et p. 71); Id., Le problème du "Deum non esse" chez Etienne de Chaumont, Nicolas Aston et Thomas Bradwardine, Mediaevalia Philosophica Polonorum, 24 (1979), pp. 1-19 (particulièrement p. 18 et n. 50); W.J. Courtenay, Schools and Scholars in Fourteenth-Century England, Princeton, 1987, pp. 334-335, n. 17, et p. 345 sq. On cite aussi à ce propos les noms de Nicolas d'Autrecourt, Hugolin d'Orvieto, Pierre de Candie, Jean Hiltalingen de Bâle, Ange de Dobelin, Denys de Montina; outre les travaux déjà mentionnés, cf. R. O'Donnell, Nicholas of Autrecourt, Mediaeval Studies, 1 (1939), p. 229; A. Zumkeller, Hugolin von Orvieto und seine theologische Erkenntnislehre, Würzburg, 1941, pp. 288 sq.; A. Maier, Die Vorläufer Galileis im 14. Jahrhundert, Rome, 1949, pp. 163 sq.

     3024 Les adages 3024-3026 sont empruntés à Athen., qu'Er. consulte en Ms pour l'éd. A (cf. Introd., p. 2).

318 Athen. III, 80 e. La forme ὄσπρεον, pour ὄσπριον, est déjà dans Athen.

320 Athen. loc. cit. Pour introduire ce texte et le suivant (Adag. 3025), Athen. écrit: Καὶ παροιμίας δὲ οἶδα περὶ σύκων λεγομένας τοιάσδε.

321 vulgo Cf. Suringar 78, pp. 135-136 et 494, qui cite notamment Franck, Sprichwörter, II, f° 33 v°: "Auf fleysch gehört kess, auf fisch nüss".

     3025

324-326 Athen. III, 80 e (δ᾿ οὐκ).

326-327 continenter ... loco Cf. supra, Adag. 3024.

     3026 Otto 878. Strömberg, p. 99.

330 Athen. XII, 525 e, avec mention παροιμία.

61

332-333 Hor. Serm. I, 3, 10 sq. (Velut qui).

     3027

335 Schol. ad Theocr. 11, 75 (avec mention παροιμία), qu'Er. consulte en Ms (cf. Introd., p. 2). Cf. aussi Mantiss. prov. 3, 14.

336 Plaut. Stich. 139 (Stultitiast: Stultitia est v.l.). C'est avec raison qu'Er. a omis (avant venatum) le vocatif "pater", qui ne se justifiait que dans le contexte de la pièce.
    Refertur Il faut supposer comme sujet "Adagium".

336-337 Schol. ad Theocr. loc. cit.

337 Adag. 2191, ASD II, 5, p. 153, où le présent adage est mentionné.

     3028 Otto 777.

339 La source de ce lemme, réduit au seul mot Habet, est difficile à déterminer; il pourrait s'agir de Ter. Andr. 83, ou de Sen. Ag. 901, qui ne sont toutefois explicitement cités qu'à partir de π et de l'éd. F (infra, ll. 342-345). Cf. aussi "Hoc habet" dans Plaut. Most. 715, Id. Rud. 1143 et Verg. Aen. XII, 296.

340 Habet quod amet Même expression dans De cop. verb., ASD I, 6, p. 173, l. 622.
    Similes ... lactucas Adag. 971, ASD II, 2, p. 468; également cité De cop. verb. loc. cit.

340-342 Sumptum ... Nebulis Cf. Zenob. Ald. col. 90 = Suid. E 4002; cette notice reproduit Aristoph. Nub. 733 sq. (Ἔχεις τι; ...), mais sans citer l'auteur.

342-343 Sen. Ag. 901.

343-345 Ter. Andr. 82-83.

346-347 Don. Comm. in Ter. loc. cit.: "proprie de gladiatoribus dicitur 'habet', quia prius alii vident quam ipsi sentiant se esse percussos".

     3029

349 Zenob. Ald. col. 93 = Suid. H 477 (cf. Apost. 8, 63); Er. s'inspire de ce texte jusqu'à satur esset (l. 351). L'expression est déjà dans Aristoph. Lys. 928. Cf. Perotti, Cornucopiae, p. 370, l. 22 (Ald. 1499).

353-358 Vnde ... fuisse Cf. un long passage dans Athen. X, 411 a-413 a, notamment ὁ Ἡραπλῆς ἀδηφάγος (411 e), τῶν ὀρνέων ἀποδεδώκασιν αὐτῷ τὸν λάρον τὸν προσαγορευόμενον βουφάγον (411 e), la rivalité avec Léprée (ό Λεπρεύς, 412 ab), Théagène (412 d), Milon de Crotone (412 e-413 a).

358 Tales ... hostibus Cf. Ov. Her. 16, 219: "Hostibus eueniant conuiuia talia nostris", cité dès A dans Adag. 2101, ASD II, 5, p. 105, ll. 7-8.

     3030 Pour les adages 3030-3034, suite alphabétique Κα-Λα.

360 Zenob. Ald. col. 102 (κἂν ἐν) ou Cod. Laur. 80, 13, Coll. IV, 63, p. 410 Jungblut (κἂν ἐν).

364 κἀν ... δυσφημήσει Cf. Zenob. Ald. ou Cod. Laur. 80, 13, loc. cit.

     3031

367 Athen. I, 4 c, dont Er. s'inspire jusqu'à Parabrycontis (l. 372). Cf. Zenob. Ald. col. 102 = Suid. Κ 243.

63

381-387 recordor ... molientem Il serait vain de vouloir identifier le personnage en question (Calliphanis cuiusdam, quem olim cognoui), dont Er. tait volontairement le nom (nomini parcetur).

382-383 Henrici ... Cameracini Sur Henri de Berghes, évêque de Cambrai, dont Er. a été secrétaire en 1494-1495, cf. Contemporaries I, pp. 132 sq.

     3032

389 Aristoph. Equ. 1031 (σαίνων); Er. met ici la formule à l'infinitif.

390-392 Id. Equ. 1031 sq. (391 σαίνων σ᾿: σαίνων v.l. et Ald.; 392 ὅταν; ποι Cobet: που codd. et Ald.; χάσκῃς).

395 Id. Equ. 48 et 211; Thesm. 869.

396 Id. Equ. 211.

397-398 Cf. Etym. mag. p. 459, 44.

399-401 Plin. Nat. VIII, 34 (52), 123: "Thoes luporum id genus est ... innocuum homini"; le nom grec correspondant est ὁ θώς, qui désigne peut-être le chacal. À noter que Etym. mag., loc. cit., parle d'un animal appelé τὸ θώψ.

     3033 Cf. Adag. 3157, infra.

402 En A (cf. app. crit.), titre grec emprunté à Zenob. Ald. col. 107 = Suid. Κ 2338 (avec mentions παροιμία et ἀντὶ τοῦ δοχεῖον κακῶν). En B, suppression du titre grec, mais maintien de sa traduction latine.

403-405 Aristoph. Ach. 937. L'expression Κρατὴρ κακῶν (avec sa traduction latine) a été introduite au début du texte à partir de B; en A, elle figurait déjà dans la citation complète du vers d'Aristoph. Les deux modifications intervenues en B donnent au texte une certaine incohérence.

     3034

409 Zenob. Ald. col. 110 = Suid. A 93 (τὸν); Er. suit ce texte jusqu'à Sybarim (l. 414). L'expression est déjà dans Aristoph. Av. 521, cité infra en π (de la main d'un secrétaire), suivi par F.

414-416 Aristoph. loc. cit. (ὄμνυσ᾿: ὄμνυσιν Ald.; νυνὶ Kuster: νῦν codd. et Ald.; τι: τίς τι Ald.).

     3035 Otto 1327. Cf. Adag. 2527 (Obtrudere palpum), ASD II, 6, p. 360.

419 Plaut. Merc. 153 (percutis); Er. met ici la formule à l'infinitif. Cf. aussi Id. Amph. 526: "timidam palpo percutit".

419-423 Id. Merc. 152-154 (423 ausim tibi).

65

424 Id. Pseud. 945. Cf. Adag. 2527, loc. cit.

425-427 Verg. Georg. III, 185 sq.

428-429 Hor. Serm. II, 1, 20.

     3036 Otto 1033.

431 Plaut. Aul. 471 (Exemi); Er. met ici la formule à l'infinitif.

432-436 Id. Aul. 469-471 (435 edepol ego: ego edepol v.l. et edd. vett.). La mention Euclione dans AB (cf. app. crit.) s'explique par le fait que ces paroles sont prononcées par Euclion, le personnage principal de la pièce.

     3037

440 Eust. p. 1959, ad Od. XXIV, 214-320 (Ἀλυβαντίνου: Ἀλυβαντίου éd. princ.). Er. s'en inspire jusqu'à beneficium (l. 443).

443-449 Hom. Od. XXIV, 304-306 (447 Εἰμὶ μὲν: Εἰμὶ γὰρ v.l. et éd. princ.).

454-462 Id. Od. XXIV, 271-279 (461 ἀμύμονα: ἀμύμονας v.l. et éd. princ.).

465 exuberant Nous avons corrigé exuperant, qui ne convient nullement ici, en exubérant (cf. l. 455 πολλῶν ... ἐόντων).

470 subuclas au lieu de "subuculas": la forme subuclas a vraisemblablement été forgée pour les besoins de la métrique.

     3038 Otto 736.

474 Plaut. Bacch. 283.

476-477 Id. loc. cit.

67

478-481 Id. Bacch. 1087-1089 (479 fuerunt: fuere edd. vett.; 480 blenni, buccones: buccones, blenni edd. vett.; 481 antideo Bothe: anteeo edd. vett.).

     3039 Les adages 3039-3040, et vraisemblablement 3041, ont pour source Cod. Laur. 80, 13.

483 Cod. Laur. 80, 13: Plut. Paroem. II, 22 (cf. infra, ll. 487-488: in Collectaneis Adagionum Plutarcho inscriptis), qu'Er. suit jusqu'à cognominatus (l. 485); cf. aussi Zenob. Ald. col. 89.

484-485 ἐταστρίμυθος: cette forme, qui ne se rencontre nulle part ailleurs, doit provenir d'une mauvaise lecture des deux γ (Γ) d' ἐγγαστρίμυθος, écrit correctement dans Cod. Laur. comme dans Zenob. Ald.

485-486 hinc ... ἐτάζειν De la forme aberrante ἐταστρίμυθος, Er. tente - avec des réserves (ni fallor) - une étymologie fantaisiste: ἐτ (de ἐτάζειν) - αστρι - μυθος.

486 Suid. E 3721: Εὐρυκλῆς πᾶς ὁ ἐγγαστρίμυθος. En préparant l'éd. B, Er. trouve cette notice dans Suid., où, cette fois, il lit correctement ἐγγαστρίμυθος; cela ne l'a cependant pas amené à corriger sa lecture précédente: il croit à une divergence entre auteurs.

487-488 in ... inscriptis cf. supra, n.l. 483.

488-492 Plat. Soph. 252 c (490 ἐξελεγξόντων: ἐξελεγχόντων v.l. et Ald. 1513); cf. infra, Adag. 3433.

     3040

496-498 Cod. Laur. 80, 13: Plut. Paroem. II, 21 (cf. in Plutarchi Collectaneis); cf. aussi Zenob. Ald. col. 77.

     3041

500 Cod. Laur. 80, 13 (Plut. Paroem. II, 16) = Zenob. Ald. col. 107; Er. suit ce texte jusqu'à actores (l. 508), sauf pour le passage Nam ... dedecore (ll. 505-507). L'expression κράδης ῥαγείσης est citée dans Kock parmi les Ades pota, n° 750.

509-511 Poll. IV, 128-129. En π (cf. app. crit.), texte partiellement illisible, du moins en photocopie.

     3042 Otto 1089.

514 Plaut. Merc. 1011.

516-518 Ennius (Saturae, 57-58 Vahlen) ap. Gell. II, 29, 20 (517 erit tibi; 518 quod tute agere possies).

519-520 Aesop. 210 Halm (Κορυδαλλὸς καὶ γεωργός, non repris dans éd. Hausrath; cf. Babr. 88 Crusius). Er. cite d'après Gell. loc. cit.

521-522 Plaut. Poen. 557 (non: nos edd. vett.; nos ratu's Camerarius: nostra codd. et edd. vett.).

69

523-524 Ter. Phorm. 393.

     3043 Collect. 232 (In vtramuis dormire aurem, aut in oculum vtrumlibet).

528-529 Plaut. Pseud. 123.

530-531 superius Adag. 719, ASD II, 2, p. 244.

532 Oculum ... aurem Plaut. Pseud. 124 (anne Bentley: vtrum anne codd. et edd. vett. ).

532-533 At ... nimis Id. loc. cit. (peruolgatumst: peruolgatum est v.l. et edd. vett.; minus). Nous avons maintenu nimis, car il nous paraît impossible de décider s'il s'agit d'une erreur typographique pour "minus" ou d'une modification introduite volontairement par Er., qui aurait estimé que hoc doit porter sur in aurem plutôt que sur oculum.

     3044

536 Aristot. Rhet. I, 6, 1363 a, citant Simonide; cf. dans Schol. ad Pind. Olymp. XIII, 78 b, une présentation différente: Σιμωνίδης εἶπε· Κορινθίοισι οὐ μανίει [lacune] οὐδὲ Δαναοί, reprise dans les éditions de fragments de Simonide (36 [50] Diehl).

540 velut ... Corinthios cf. Aristot. loc. cit.: λελοιδορῆσθαι ὑπέλαβον Κορίνθιοι ὑπὸ Σιμωνίδου ποιήσαντος ...

544 Κορινθίοις (cf. app. crit.) Nous avons corrigé οισι en οις, puisqu'il s'agit d'un simple renvoi au texte de la l. 536: quand, en F, la finale a été modifiée à cet endroit, elle aurait dû l'être ici aussi.

545-548 Plut. Dion 1, 1.

     3045 Les adages 3045-3049 forment une suite alphabétique Μα-Πα; Zenob. Ald. est la source du premier et vraisemblablement des suivants, quoiqu'on ne puisse exclure pour ceuxci un emprunt à Suid.

555 Zenob. Ald. col. 116, qu'Er. suit jusqu'à hospites (l. 557); mention παροιμία. Cf. aussi Suid. M 181, mais la mention in Graecorum Collectaneis (l. 559) ne peut pas s'appliquer à Suid.

561-562 opus quod Aldus ... excudit désigne Zenob. Ald., publié en 1505; la mention absolutis iam Adagiis meis est exacte si l'on tient compte des Adagiorum Collectanea édités à Paris dès 1500; toutefois, le présent adage n'y figurait pas et on ne le trouve qu'à partir de la première édition des Adagiorum Chiliades, en 1508 (A). Er. chercherait-il à créer ici une certaine ambiguïté pour pouvoir revendiquer à tout prix son "originalité" ou serait-il vraiment, dans cette addition de 1533, brouillé avec la chronologie?

     3046

564 Zenob. Ald. col. 124 ou Suid. Ν 24: Νάννακος· ἀπὸ Ναννάκου; Er. s'inspire d'un des deux textes jusqu'à praeuiderit (l. 566); mention παροιμία. Cf. aussi Zenob. Ald. col. 41 = Suid. A 3448.

566 alibi Adag. 1719 (Res Cannacae. Τὰ Καννάκου), ASD II, 4, p. 162; cf. aussi une mention dans Adag. 2001, ASD II, 5, p. 28, l. 144: ἀπὸ Καννάκου.

566-569 Steph. Byz. Ἰκόνιον ... ὅθεν καὶ παροιμία 'τὸ ἐπὶ Ἀννακοῦ κλαύσειν'; texte également utilisé à partir de D dans Adag. 1719 (ll. 268-274). On se trouve donc en présence de trois formes pour le même nom: Ἀννακός, Κάννακος et Νάννακος. Νάννακος (ας) est la forme courante et sans doute correcte, tandis qu' Ἀννακός ne se rencontre, semble-t-il, que chez Steph. Byz.; quant à la | 71 forme Κάννακος (ας), que l'on ne trouve que chez Er. (Adag. 1719 et 2001; ici, ll. 568 et 569), elle semble due à une simple erreur de lecture ou d'écriture (cf. déjà ASD II, 5, p. 29, n.l. 144). Sur ce proverbe chez les parémiographes grecs, cf. G. Dobesch, Studien zu Sprichwörtern, Wiener Studien 75 (1962), pp. 95-99, et Scherling, RE XVI, 1680-1681, s.v. Nannakos.

570-571 Ab ... loquaris Cf. Adag. 2001, ASD II, 5, p. 28, ll. 143-144: "non ab Euandro aut ab Aboriginibus". Pour la "mère d'Évandre", la source est Gell. I, 10, 2: "Tu autem, proinde quasi cum Euandri matre nunc loquare", repris également infra, Adag. 3329, ll. 310-311; cf. Otto 612 et Nachträge zu Otto, p. 25.

572 Antiquior Codro   Adag. 3221, infra.

572-573 Antiquiora diphthera loqueris   Adag. 424, ASD II, 1, p. 498.

     3047

575 Zenob. Ald. col. 130 = Suid. Ο 385; Er. suit ce texte jusqu'à laudat (l. 576); mention παροιμία.

578-579 Adag. 335, ASD II, 1, pp. 434-436.

     3048

581 Zenob. Ald. col. 131 = Suid. Ο 538; mention παροιμία.

582-583 hemistichium heroici carminis Ὀρέστῃ χλαῖναν ὑφαίνειν aurait pu, selon les règles de la métrique, être le second hémistiche d'un hexamètre dactylique, après césure penthémimère féminine. Curieusement, Er. ne supprime pas sa remarque quand lui-même - ou plutôt son secrétaire - découvre en π (suivi par F-I) qu'il s'agit en fait d'une partie d'un vers d'Aristoph. (tétramètre anapestique catalectique).

583-584 Aristoph. Av. 712. Sur ce personnage, cf. aussi Av., 1490-1493.

586-587 Schol. ad Aristoph. Av. 712: Ὀρέστης μανίαν ὑποκρινόμενος ἐν τῷ σκότει τοὺς ἀνθρώπους ἀπέδυεν.

     3049

592 Zenob. Ald. col. 140 = Suid. Π 171; l'expression est déjà dans Aristoph. Nub. 924.

592-593 Cratinus ap. Zenob. = ap. Suid. loc. cit.: Κρατῖνος ἐν Χείρωσι; cf. fragm. 260 PCG.

594-595 Ter. Phorm. 439: "Dicam tibi impingam grandem"; paroles prononcées par Phormion.

     3050 Otto 1639.

597 Sibyllae vitiacitas Cette expression - tout comme le titre Sibylla viuacior - a très probablement été inspirée à Er. par Ov. Met. XIV, 104: "viuacis ... Sibyllae".

597-598 Prop. II, 24, 33.

599-600 Verg. Aen. VI, 321: "longaeua sacerdos".

600 Serv. Comm. Aen. loc. cit. Tout le passage, jusqu'à resoluta est (l. 606), est largement inspiré, et parfois copié, de ce texte: "Sibyllam Apollo pio amore dilexit et ei obtulit poscendi quod vellet arbitrium. Illa hausit harenam manibus et tam longam vitam poposcit. Cui Apollo respondit id posse fieri, si Erythraeam, in qua habitabat, insulam relinqueret et eam nunquam videret. Profecta igitur Cumas tenuit et illic defecta corporis viribus vitam in sola voce retinuit. Quod cum ciues eius cognouissent, siue inuidia siue miseratione commoti, ei epistolam miserunt creta antiquo more signatam: qua visa, quia erat de eius insula, in mortem soluta est".

73

     3051 Collect. 535 (où Er. cite Ter. Eun. 489-491). Otto 669.

609-610 Ter. Eun. 491 (E flamma petere te cibum posse arbitror).

611-616 Catull. 59 (612 fellat; 614 rapere de).

     3052 Collect. 172 ("Digito compescere labellum. Harpocratem facere et in eundem sensum alia"). Otto 791. Cf. Adag. 474, ASD II, 1, p. 548, ll. 690-691; N. Mallarius ap. Allen, Ep. 2424, l. 58.

618 Catull. 74, vers 4. Harpocrates (Ἁρποκράτης), un des noms grecs du dieu égyptien Horos, est représenté comme un dieuenfant, avec un doigt sur la bouche; cf. E. Meyer, in Roscher, Lexikon I, 2744-2748, s.v. Horos 1; Roeder, RE, VIII, 2435-2436, s.v. Ὧρος, E.

620-625 Catull. 74 (622 perdepsuit Scaliger: perdespuit codd. ).

627 dea Angerona Cf. Plin. Nat. III, 5 (9), 65: "diua Angerona ... ore alligato designatoque simulacrum habet"; Solin. 1, 6 (cité expressément Collect. 172). Cf. Aust, RE I, 2189-2190, s.v. Angerona.

     3053 Cf. Ep. 1177, ll. 14-15, et 2645, ll. 1-2.

629 Plat. Leg. I, 642 c. Lors de la rédaction de cet adage pour A, Er., selon ses propres dires (cf. app. crit.) n'avait pas à sa disposition le texte grec des Lois de Platon. Or, Er. a déclaré lui-même avoir utilisé à Venise un Ms grec des œuvres de Platon (cf. Introd., p. 2), ce qui est confirmé par diverses citations grecques dès l'éd. A; pour nous en tenir aux Lois, on trouve une vingtaine de citations en grec dans les adages publiés ASD II, 1, 4 et 5, par exemple: Adag. 1, ASD II, 1, p. 84; 1695, ASD II, 4, p. 145; 2090, ASD II, 5, p. 93. Pour une raison qui nous échappe, Er. ne disposait donc plus de ce Ms au moment où il a rédigé le présent adage (cf. peut-être aussi infra, Adag. 3122, n.ll. 204-205); ce n'est qu'en C qu'il a introduit la citation grecque, cette fois d'après l'éd. princ. (Ald. 1513).

638 Simili ... sui Cf. Ter. Andr. 69-102.

     3054

641 Pers. 1, 42 (cf. infra, l. 644).

642-643 Hor. Ars, 331 sq.

644 Pers. loc. cit.

646-647 Plin. Nat. XIII, 13 (27), 84 sqq.

647-648 Id. Nat. XVI, 40 (78), 212.

648-652 Diosc. Mat. Med. I, 77, 1, notamment ὅθεν καὶ νεκροῦ ζωήν τίνες ἐκάλεσαν αὐτήν.

652-653 Pers. 1, 43. Dans l'éd. A, ce passage suit immédiatement, comme dans le texte de 75 Perse, la citation de la l. 644; les additions introduites en B et en χ, suivi par G, ont séparé anormalement les deux passages.

654-656 Mart. III, 2, 3 sq.

657-658 Hor. Epist. I, 20, 13.

     3055

660 Athen. IX, 407 d, qu'Er. suit jusqu'à fabis (l. 662); cf. Epitome II, p. 22.

     3056 Adage introduit en C pour remplacer un adage transféré sous le n° 3416.

663 La formule qui sert de titre a été tirée par Er. de la traduction du texte d'Athen. cité infra, l. 668.

665 vix ... ficui Cf. Adag. 1707 (Similior ficu), ASD II, 4, p. 156.

666 Stratonicus Cf. supra, Adag. 3020, n.ll. 233-236.

667 Ἕτερόν ἐστιν ... πλῆκτρον Athen. VIII, 350 c (Musurus a suppléé ἕτερον δὲ πλῆκτρον dans l'éd. princeps, Alde, 1514; cette excellente correction a été adoptée par tous les éditeurs ultérieurs). Cf. Adag. 1182, LB II, 478 B, et Apophth. VI, Stratonicus, 10 (LB IV, 309 BC).

     3057

671 Le titre, que l'on ne retrouve pas tel quel dans le texte même, paraît être un résumé de la traduction latine (infra, ll. 675-676).

672-674 Amphis, fragm. 4 PCG (ἀτυχήσῃ τις ἄνθρωπος) ap. Stob. IV, 40, 6, p. 921 Hense. C'est par un Ms qu'Er. connaît alors Stob. (cf. ASD II, 4, p. 131, n.l. 18).

     3058 Otto 843. Cf. Ep. 335, ll. 49-50 ("aurum igni exploratum").

681 La formule grecque est vraisemblablement tirée de 1 Petr., évoqué dès A (cf. app. crit., l. 683), bien que le texte n'en soit reproduit qu'à partir de B (l. 699 χρυσίου ... διὰ πυρὸς ... δοκιμαζόμενου ) ; cf. aussi Menandr. Monost. 385 Jäkel: Κρίνει φίλους ὁ καιρός, ὡς χρυσὸν τὸ πῦρ, cité Adag. 1781, ASD II, 4, p. 202, l. 150. Pour la traduction latine, cf. peut-être Sen. Prov. 5, 10: "Ignis aurum probat, miseria fortes viros".

682-683 Cic. Fam. IX, 16, 2: "quasi aurum igni"; cité également Adag. 1781, ASD II, 4, p. 202, l. 152.

683-684 Pind. Nem. 4, 82 sq. C'est en Ms qu'Er. connaît à ce moment Pindare (cf. Introd., p. 2).

685-686 Id. Pyth. 10, 67 sq. (καὶ χρυσὸς).

688-690 Thgn. I, 449 sq.

693-695 Id. I, 1105 sq. (ἅπασιν).

77

698-699 1 Petr. 1, 7 (πολυτιμότερον: πολυτιμιώτερον v.l.; dans son éd. du Nouum Instrumentum de 1516, Er. donne également πολὺ τιμιώτερον: LB VI, 1041 B; reprint, p. 163). À noter la double traduction d'ἀπολλυμένου: la seconde, pestifero, qui se veut moralisatrice, est erronée; la Vulgate élude le problème: "multo pretiosior auro quod per ignem probatur"; dans son éd. du Nouum Instrumentum, Er. écrit "multo pretiosior auro quod perit, et tamen per ignem probatur".

703-707 Plin. Nat. XXXIII, 19, 59: "[Aurum] nec pondere aut facilitate materiae praelatum est ceteris metallis, ... sed quia rerum vni nihil igne deperit, tuto etiam in incendiis rogisque [durante materia add. in edd. vett.]. Quin imo, quo saepius arsit, proficit ad bonitatem, aurique experimentum ignis est, vt simili colore rubeat ignescatque [ignis edd. vett.] et [atque edd. vett.] ipsum; obrussam (obryzum edd. vett.) vocant".

     3059 Cf. Alciat ap. Allen, Ep. 2394, ll. 27-28.

709 Schol. ad Apoll. Rhod. IV, 59, dont Er. s'inspire jusqu'à terras (l. 712).

     3060

716 Cf. Aesop. Δειλὸς κυνηγὸς καὶ δρυτόμος, 93 Chambry (cf. 114 Halm; non repris par Hausrath): Λέοντός τις κυνηγὸς ἴχνη ἐπεζήτει; cf. aussi Babr. 92 Crusius et ps.-Babr. Tetrast. I, 26 Crusius-Müller.

718 leonem On attendrait ici "leonis vestigia" et au contraire l. 719 "leonem". Cette interversion donne au récit une certaine incohérence.

721 alio ... loco   Adag. 934, ASD II, 2, pp. 440-441.

     3061

724 Formule tirée de Thgn. I, 84 (cf. infra).

727-729 Thgn. I, 83-84 (728 Τόσσους δ᾿ Hartung: Τούτους codd., Τοὺς δ᾿ v.l.; εὕροις: εὑρήσεις v.l.; 729 ἄγοι: ἄγει v.l.).

     3062

733 Plaut. Most. 159; le vers est cité infra, l. 740 La forme Mustellaria se rencontre comme v.l. pour "Mostellaria".

736-737 Id. Most. 157-158 (736 ecastor: mecastor v.l. et edd. vett.; 737 rear esse deficatam: reres aedificatam edd. Ven. 1499 et Mediol. 1500). Les modifications introduites en π (cf. app. crit.: vnde, adopté en F-I ; rerer, non adopté en F-I) se rencontrent notamment dans éd. Ven., Sessa, 1518.

740 Id. Most. 159 (rebus omnibus: omnibus éd. Ven. 1499; horno: horna edd. vett.; magna fuit: magna fuat ed. Ven. 1499).

742 Id. Most. 160.

79

743 Id. Curc. 110 b [104] (anu Spiegel: anui codd. et edd. vett.).

     3063 Cet adage, qui figurait en A sous le n° 2979, en B sous le n° 2994, en C-E sous le n° 2901, a trouvé à partir de F sa place définitive ici, où il a remplacé celui que nous éditons en app. crit.

746-782 (app. crit.) Cet adage, inspiré d'Aristoph. Ach. 391, formait doublet avec Adag. 2625 (Sisyphi artes), ASD II, 6, pp. 438-439; c'est d'ailleurs ce qui a motivé sa suppression en π et dans les éd. à partir de F: on lit en π, de la main d'un secrétaire, "Suspicor esse relatum alibi", ce qui apparaît comme un message adressé à Er. La remarque Simillimum illi Ὀδύσσειος μηχανή renvoyait à Adag. 1779 (Vlysseum commentum), ASD II, 4, p. 200. À la fin du texte, la mention d'Ov. - qui ne figure pas dans Adag. 2625 - concernait Met. XIII, 25 sqq. et spécialement le vers 32.

747 Zenob. Ald. col. 61 = Apost. 5, 49; mais l'expression in excusis ... Graecorum commentariis (l. 781) renvoie nécessairement à Zénob. Ald., édité en 1505. Sur ce Glaucus d'Anthédon (infra, ll. 752-753), cf. R. Welcker, RE VII, 1408-1412, s.v. Glaukos 8; sur la thèse, aujourd'hui généralement admise, selon laquelle Glaucus d'Anthédon et Glaucus de Potnies (cf. infra, Adag. 3172) sont deux hypostases du même personnage mythique, cf. la notice préliminaire Glaukos 8-9 dans RE VII, 1408, et B. Delforge, Le destin de Glaucos ou l'immortalité par les plantes in Visages du destin dans les mythologies. Mélanges Jacqueline Duchemin, Paris, Belles Lettres, 1983, pp. 21-39.

749-752 opinio ... esse Il s'agit de Charles le Téméraire, mort le 5 janvier 1477 lors du siège de Nancy; au sujet de la curieuse et persistante rumeur qu'Er. évoque ici, cf. aussi une lettre de Rodolphe Agricola in: R. Agricola, Lucubrationes .... éd. Alardus Amstelredamus, Cologne, 1539 (reprint Nieuwkoop, 1967), pp. 209-210.

752-766 De Glauco ... agere Cf. Zenob. Ald. loc. cit. ( = Apost. loc. cit.).

766-770 Cf. Schol. ad Apoll. Rhod. I, 1310.

771 versum in deum marinum Id. loc. cit.: τιμήθη ὡς θαλάσσιος δαίμων.

772 Athen. VII, 295 b-297 c.

773 Alexis (fragm. 15-18 PCG) ap. Athen. III, 117 e-118 a; VI, 224 f-225 a; VII, 301 a-b. Mais on n'y trouve rien qui concerne notre personnage; c'est à tort, semble-t-il, qu'Er. a établi un rapprochement entre ce Glaucus et le titre de l'ouvrage d'Alexis.

773-775 Athen. VII, 295 b-297 c (cf. supra, n.l. 772).

781 in ... Commentariis Cf. supra, n.l. 747.

     3064 Collect. 650 ("Cretizare. Κρητίζειν. Similiter Graecari").

784 Χαλκιδίζειν Cf. Adag. 2140 (Chalcidis sare), ASD II, 5, p. 128.
     Λεσβιᾶν Cf. Adag. 2670 (Lesbiari), ASD II, 6, p. 463 sq.
     Κρητίζειν Cf. Adag. 129 (Cretiza cum Cretensi), ASD II, 1, pp. 245-246.

785-786 Plaut. Most. 22; cf. aussi Truc. 87 b.

81

787-790 Id. Most. 22-24. En χ, le mot parasites est biffé à la fin du vers 23 et ajouté au début du vers suivant; cette présentation, conforme à celle des éditions de Plaute, se retrouve en G-I.

791-792 Cic. Verr. 2, I, 26, 66.

798 Iuv. 3, 58-125.

799 Lucian. De merc. cond. 40.

     3065 Pour les adages 3065-3068, suite alphabétique inversée Κο-Κα, avec pour source Zenob. Ald. ou Suid., rien ne nous permettant de trancher.

802 Zenob. Ald. col. 106 = Suid. Κ 2045, avec mention παροιμία et remarque ἐπὶ τῶν ἀνταποδιδόντων.

803-804 Quidam ... significare Les eruditi mentionnés ici pourraient être des hellénistes qu'Er. a rencontrés à Venise.

805-806 Suid. Κ 2047 (Κόννους).

     3066

809 Zenob. Ald. col. 106 ou Suid. Κ 2073; mention παροιμία. Ligula doit être pris au sens de δεσμός, que l'on trouve dans les deux notices.

812-814 Tametsi ... vndecimo En préparant l'éd. C, Er. lit dans Plin. Nat. XXXII, 11 (53), 146 "cordyla (et haec pelamys pusilla)", ce qui lui suggère une autre interprétation du proverbe grec; mais dans ce cas, la traduction latine Ne ligula quidem dignus - maintenue également comme titre - ne conviendrait plus du tout. Cf. aussi Plin. Nat. IX, 15 (18), 47, qui distingue explicitement, selon l'âge, "cordyla", "pelamys" et "thynnus".

814-821 Cordylarum ... aues L'addition de π (de la main d'un secrétaire), reprise en F-I, va dans le même sens que celle de C.

814-818 Martial. XI, 52, 5-8.

818 (app. crit.) En π, la forme erronée "quae" (pour quam) donne un texte incohérent, ce qui a provoqué en F la fausse correction "tegat", faisant en même temps de oua le complément et non plus le sujet du verbe. Nous avons estimé qu'il convenait de maintenir tegant, écrit correctement en π, et en conséquence de rétablir quam.

819-821 Id. XI, 52, 13-14.

     3067

823 Zenob. Ald. col. 103 = Suid. Κ 667: Κατὰ ναῦν, κατὰ τάξιν.

825-826 in ... ἄρμενα Cf. Zenob. Ald. = Suid. loc. cit. : εἴρηται δὲ ἀπὸ τῆς παροιμίας κατὰ ναῦν τὰ ἄρμενα.

     3068

829 Zenob. Ald. col. 103 ou Suid. K 710.

829-830 De ... meliora Cf. Zenob. Ald. ou Suid. loc. cit.: ἐπὶ τῶν ἐπὶ τὰ κρείττω προκοπτόντων.

83

     3069

835-836 Plaut. Aul. 700.

     3070 Otto 1509. Cf. Coll. ASD I, 3, p. 680, l. 132.

842 Adag. 1773, ASD II, 4, p. 196.

842-843 Plaut. Aul. 336; cf. n. suivante.

844-848 Plaut. Aul. 335-337 (846 detrusti Acidalius: detrusisti codd. et edd. vett.; 847 poscam, vsque ad rauim: poscamus ad rauim v.l. et edd. vett.; poscam prius: poscamus prius v.l. et edd. vett.). À noter la curieuse discordance entre ad rauim dans le texte tel qu'il est présenté ici et vsque ad rauim ll. 841 et

843 .

     3071

850 Item annonce la reprise de la formule employée pour introduire l'adage précédent: Quemadmodum Graeci dicunt..., ita Plautus ...
     Adag. 843, ASD II, 2, p. 362.

851 Cereri sacrificant La formule paraît avoir été forgée par Er., par analogie avec la formule grecque qui vient d'être rappelée et sur base du texte de Plaut. Aul. 354 sq., cité infra.

853-854 sicut... ξύλα Er. renvoie à l'adage 1895 (Νηφάλια ξύλα) ASD II, 4, p. 274, alors qu'il aurait dû renvoyer au suivant, 1896 (Nephalium sacrum. Νηφάλιος θυσία), ASD, ibid.

854-856 Plaut. loc. cit. Les modifications introduites en π et adoptées en F-I ( cf. app. crit. ) se rencontrent dans la citation ap. Macr. Sat. III, 11, 2, éd. Ven. 1500, et Paris, Bade, 1515.

855-856 Dans χ, on trouve la mention "digere versus", ce qui est fait à partir de l'éd. G.

     3072

858 Zenob. Ald. col. 54 = Apost. 4, 99.

860-861 Est ... siluro Cette remarque, ajoutée en B, figure aussi bien dans Zenob. Ald. = Apost. loc. cit. que dans Etym. mag. 199, 5 (βλάξ): ἀπὸ ἰχθύος τινὸς ὁμοίου σιλούρῳ.

861-867 Etym. mag. loc. cit. Cette notice, qu'Er. consulte pour l'éd. H, est très proche de celle de Zenob. Ald. = Apost., mais sans l'expression βλάκας ἀχρηστότερος. Les emprunts d'Er. à Etym. mag. sont coupés d'abord par des réflexions personnelles (Nunquam ... tenet, ll. 861-863), ensuite par le recours à Hesych. (infra).

863 Addit Le sujet est Graecarum Etymologiarum farrago, à reprendre de la l. 861.

865 Hesych. B 666 βλακείας· ἰχθὺς ποιός.
     Adiicit Le sujet est à nouveau Graecarum Etymologiarum farrago (cf. supra).

     3073

872 Zenob. Ald. col. 22 (chiffrée par erreur 23) ou Suid. A 1258; Er. s'inspire d'un des deux textes jusqu'à sceleratum (l. 875). Cf. aussi Apost. 2, 19.

874 captiuorum farinam Traduction erronée: Zenob. Ald. et Suid. écrivent τὰ τῶν ἀλούντων (Zenob. ἁ-) ἄλευρα, où ἀλούντων est une forme du verbe ἀλεω, moudre; Er. a confondu avec ἁλόντων, participe aoriste second de ἁλίσκομαι. Le texte d'Àpost. loc. cit. - ἀλούμενα τὰ ἄλευρα - n'aurait pas prêté à confusion.

85

875-880 Plut. Mor. 523 ab. La traduction d'Er. suit de près le texte de Plut.

880-883 Id. Mor. 297 a. (app. crit.) En χ, texte partiellement illisible, du moins en photocopie.

881-882 nam ... fugio ἀλεω = moudre (cf. supra); ἀλεομαι est également signalé au sens d'éviter, esquiver, échapper.

884-887 Aristoph. Equ. 445-446.

889 Interpres Schol. ad Aristoph. loc. cit.; Er. l'utilise jusqu'à la fin du texte, mais avec deux interruptions: Denique ... diriperetur (ll. 894-895) et Ambiguitas ... erro (ll. 897-898).

894-895 Denique ... diriperetur   Etym. mag. 65, 40, s.v. Ἀλιτήριοι: Ἀλιτηρία Δημήτηρ καὶ ἀλιτήριος Ζεύς· ὅτι λιμοῦ συντόνου γενομένου, τοὺς ἀλοῦντας πάντας ἐφύλαττον, διὰ τὸ μὴ κλέπτειν τι τῶν ἀλουμένων.

897-898 Ambiguitas ... erro Cf. n.ll. 881-882. D'autre part, erro traduit ἀλήτης, écrit ici ἀλίτης par influence de la prononciation byzantine et/ou par faux rapprochement avec ἀλιτήριος.

     3074 Collect. 59. Otto 1429. Les adages 3074-3076 et 3078 figurent déjà dans Collect.

901 Plaut. Asin. 178 (cf. infra).
     manet... celebre Cf. Suringar 171, pp. 315-318 et 499.

903-904 Plaut. loc. cit. (itidemst). En π, Plautus est suivi de la mention exacte "in Asinaria", qui n'est pas reprise en E et qui pourrait être postérieure à Er.: l'écriture est la même que pour la mention "Asteriis", supra, Adag. 3007, n.l. 62.

905-907 Alexis (fragm. 27 PCG) ap. Athen. IX, 386 cd.

     3075 Collect. 79.

911-912 Plaut. Epid. 425 (amicost). En π, Plautus est suivi de la mention exacte "in Epidico", non reprise en F. S'agirait-il ici aussi d'une addition postérieure à Er.? Notons toutefois que l'écriture ne correspond pas à celle des additions aux adages 3007 et 3074.

913 Nihil ... beneuolentia   Adag. 669 (Intempestiua beneuolentia nihil a simultate differt), ASD II, 2, p. 194, d'après Diogen. I, 48: Ἄκαιρος εὔνοι᾿ οὐδὲν ἔχθρας διαφέρει. Cf. Collect. loc. cit.

     3076 Collect. 159.

915-916 Hor. Epist. I, 20, 15.

920 cum ... duceret C'est Er. qui imagine le cadre (les Alpes, la neige) de l'aventure à laquelle Hor. fait allusion.

921-922 Hor. Epist. I, 20, 15-16. Entre les deux parties du vers 16 (iratus et quis ... laboret), Er. intercale un rappel du vers 15 (in rupes protrusit) et une appréciation personnelle (Et merito).

87

     3077

924 Aristoph. Eccl. 920. Er. a cité ce vers dès A dans Adag. 2670 (Lesbiari), avec la mention "Aristophanes ἐν Ἐκκλησιαζούσαις" (ASD II, 6, p. 464, l. 773). Ici, la référence n'est donnée qu'en π (de la main d'un secrétaire), suivi par F (ll. 927-928).

927 alibi   Adag. 2670; cf. aussi Adag. 1943 (Lesbiis digna), ASD II, 4, p. 302.

     3078 Collect. 239 (cf. aussi 238).

930-931 Pers. 1, 62.

932-934 Id. 1, 58-60 (933 imitari: imitata est éd. Ven. 1470; 934 quantum ... tantae). Le vers 58 est repris infra, Adag. 3193; il est ajouté, à partir de B, Adag. 2241, ASD II, 5, p. 210, l. 110.

935 ab occipitio Cf. Pers. 1, 62: "occipitio caeco".

     3079

937-939 Aesop. 130 Hausrath (Ald. 1505, p. 43): Κόραξ καὶ ὂφις.

939 alias   Adag. 58, ASD II, 1, pp. 170-171.

941-942 Diogenes ... periit Er. traduit Athen. VIII, 341 e: Διογένης δὲ ὁ κύων ὠμὸν πολύποδα καταφαγὼν ... ἀπέθανε.

     3080

944 Schol. ad Apoll. Rhod. I, 57 (mention παροιμία). Cf. Stromberg, p. 77; sur le personnage, cf. Heckenbach, RE X, 1504-1505, s.v. Kaineus.

944-945 Elati ... puella Cf. infra, n.l. 952.

945-946 e puella ... Neptuno Cf. Schol. ad Apoll. Rhod. loc. cit.

946 quem ... admiserat Cf. infra, n.l. 952.

947-949 Ov. Met. XII, 206 sq.; cf. tout le passage 189-209.

949-952 Ferunt... librum Cf. Schol. ad Apoll. Rhod. loc. cit.

952 Eustathius En fait, dans les additions de H (ll. 944-945, 946 et 952-957), Er. doit avoir utilisé non Eust. (p. 101, 10-18 ad Il. I, 264), mais Schol.-D(idyme) ad Il. I, 264, Ald. 1521, f° 23 r° (cf. ASD II, 5, p. 133, n.l. 667, et infra, Adag. 3090, n.ll. 54-56).

954 praecepisse ... vt numerarent Schol.-D loc. cit. écrit θεὸν τοῦτο προσέταξεν ἀριθμεῖν (Eust. εἰς ὀρθὸν θεὸν ...), qu'Er. aurait dû traduire "praecepisse vt <id [= iaculum] deum> numerarent".

955-956 Lapithis et Lapithae Erreur manifeste, que nous n'avons cependant pas voulu corriger dans le texte: on attendrait "Centauris" et "Centauri" (cf. Schol.-D loc. cit.: μαχόμενον γὰρ αὐτὸν τοῖς Κενταύροις). Le contresens est d'autant plus étrange qu'au début de l'adage, Er. a écrit correctement Caeneus ... Lapitharum rex ; cf. aussi Adag. 2325 (Inuulnerabilis vt Caeneus), ASD II, 5, p. 252: "cum Lapithis auxilium ferret auduersus Centauros". Sur cet épisode, cf. également Ov. Met. XII, 459-535.

     3081

959-961 Hom. Il. II, 235.

963-965 Eust. p. 211, 9 ad Il. II, 235; Id. p. 624, 51 ad Il. VI, 55.

966 Hom. Il. VI, 55.

89

     3082

968-969 Suid. A 4702 ou Zenob. Ald. col. 50 = Apost. 4, 64.

972-973 Poll. VI, 27 (τρυσιβόους: τρυγοβίους v.l.).

973-974 Quidam ... ῥύπῳ Suid. ou Zenob. Ald. = Apost. loc. cit.

     3083

978 Hor. Ars 246: "Aut nimium teneris iuuenentur versibus vnquam". Cf. Adag. 128, ASD II, 1, p. 244, l. 767: "Horatius iuuenari dicit pro νεανίζειν" ; De cop. verb. (ASD I, 6, p. 42, ll. 338-340, éd. 1534): "apud Horatium ... 'iuuenari' pro 'iuueniliter lasciuire', quae vox ad Graecum efficta est νεανίζειν et νεανιεύειν".

985-988 Basil. Epist. 223, 1; Migne PG, 32, 821 B; éd. Courtonne, Paris, Belles Lettres, t. III, n° CCXXIII, § 1, ll. 23-26.

990-992 Reperitur ... tibicinem Harpocr. Ἀκμάζεις, d'après lequel Er. mentionne Hypéride, fragm. 122 Jensen, et Lysias, fragm. 97 Thalheim.

992-993 Laberius, 137 Ribbeck (CRF, p. 363), ap. Non., p. 74, 14-15 M (p. 104 Lindsay).

     3084

994 Ce titre a probablement été forgé par Er. d'après le texte de Juv. cité infra ; cf. aussi Ov. Met. XIII, 802: "Laudato pauone superbior".

995-999 Iuv. 7, 30-32 (iam diues, qu'Er. remplace par faudator).

1000 Iuv. 1, 74.

1-3 Ov. Ars I, 625-626.

     3085

5 Sous cette forme, Cod. Laur. 80, 13: Plut. Paroem. I, 64. Suid. Λ 346 a Λευχηπατίας, qui est la forme la meilleure; cf. aussi Zenob. 4, 87 (éd. Iunt.) et Zenob. Ald. col. m, mais avec Λευτηπαχίας, forme évidemment aberrante, qui résulte de l'interversion du χ et du τ.

5-7 Clearchus ... scomma Zenob. = Zenob. Ald. loc. cit.; Κλέαρχος ἐν τῷ Περὶ βίων ... ; cf. Cléarque, fragm. 40 Wehrli (Die Schule des Aristoteles, III). Cod. Laur. et Suid. loc. cit. ne mentionnent pas Κλέαρχος.

     3086 Otto 1544.

11 Emori risu Cf. Ter. Eun. 432, cité infra à partir de B et de C .
    diffluere risu Cf. Apul. Met. III, 7: "risu cachinnabili diffluebant".

12-14 Hom. Od. XVIII, 99-100.

91

18 Ter. Eun. 432 ( Risu omnes qui aderant emoriri).

     3087 Cf. Bühler, Zenob. Ath. IV, pp. 123-127.

20-23 Suid. Τ 733 (Τὸ Ἱππάρχου τειχίον); cf. Zenob. Ald. col. 159 (Ἱππάρχῳ).

     3088

25 Suid. Ω 126 = Zenob. Ald. col. 171 (Ὦ νῦν ...).

27 De ... accesserit Cf. Suid. = Zenob. Ald. loc. cit.: ἐπὶ τῶν παρ᾿ ἐλπίδας τιμωμένων.

27-28 vulgo Suringar 87, pp. 155 sq. et 495, qui cite notamment Servilius, Adagiorum epitome: "Hi is van niet op comen".

29 Aristoph. Equ. 158 (Ὦ νῦν). Dans cette addition de π (suivi par F), Er. - ou plutôt son secrétaire - constate que l'adage cité d'après Suid. ou Zenob. Ald. est en fait un vers d'Aristoph.

     3089

31 Suid. Τ 142, Zenob. Ald. col. 156, Apost. 16, 14 ou cod. Laur. 80, 13, Coll. V, 64, p. 415 Jungblut. Er. suit un de ces textes jusqu'à excruciabant (l. 35).

35 Samii literati   Adag. 3514, ASD II, 8, pp. 24-27.

35-38 Suidas ... Atheniensibus Cf. Suid. Σ 77 (Σαμίων ὁ δῆμος).

37 samen Suid. loc. cit. emploie le terme ἡ σάμαινα.

38-40 Duris ... Atheniensium Cf. Plut. Per. 28, 2-3.

41 Adag. 1917, ASD II, 4, p. 288.

     3090 Otto 1495. Cf. Adag. 2001, ASD II, 5, p. 35, l. 338; Odonus ap. Allen, Ep. 3002, ll. 924 sqq.

43 Suid. A 1002 (sans τῶν). Cf. Apost. 15, 12: Πυγμαῖα ἀκροθίνια Κολοσσῷ ἐφαρμόζεις.

44 dicebantur ... operam Cf. Suid. loc. cit. : παροιμία ... ἐπὶ τῶν μάτην κοπιώντων.

46-47 Philostr. Vit. Soph. I, 19, p. 512.

48 Suid. loc. cit.

49-50 Eust. p. 1862, 32 ad Od. XIX (et non XXI), 205.

50 Colossi ... statuae Cf. Adag. 2105 (Colossi magnitudine), ASD II, 5, p. 108.

52-53 Pygmaeorum ... excedunt Cf. Gell. IX, 4, 10.

53-54 Vnde ... proceritate Cf. Aug. Civ. XVI, 8, 1 (Migne PL 41, col. 485): "alios statura esse cubitales, quos Pygmaeos a cubito Graeci vocant". Sur les Pygmées dans l'Antiquité, cf. E. Wüst, RE XXIII, 2064-2074, s.v. Pygmaioi; cf. aussi E Colin, Le sens du mot ΠΥΓΜΑΙΟΣ: fables antiques et confusions actuelles, AC 49 (1990), pp. 193-197.

54-56 Est... Iliados Schol.-D ad Il. III, 6, Ald. 1521, Ρ 79 v° (cf. aussi Eust. p. 372, 7 ad Il. III, 6). Cf. supra, Adag. 3080, n.l. 952.

56-57 Horum ... sterilescunt Cf. Aug. loc. cit. : "alibi quinquennes concipere feminas et octauum vitae annum non excedere", texte qui suit immédiatement celui cité supra. On voit (cf. "alibi") que le texte d'Aug. ne concerne pas les Pygmées et que sterilescunt dans Er. est inexact. Aug. lui-même s'inspire de Plin. Nat. VII, 2, 30, qui parle des Calinges: "In Calingis eiusdem Indiae gente quinquennes concipere feminas, octauum vitae annum non excedere"; cf. aussi Solin. 52, 31.

93

57-58 Iuv. 13, 167-173; cf. De cop. verb., ASD I, 6, p. 74, l. 12, et p. 108, l. 961.

58 Anth. Pal. XI, 265, vers 6 (= Plan. IIb, 16, 3), et 369 (= Plan. IIa, 7, 2).

     3091 Collect. 252; cf. De cop. verb., ASD I, 6, p. 157, ll. 253-254. Les adages 3091-3095 figurent déjà dans Collect.

63-64 Martial. VII, 67, 16 (Di; Philaeni).

65-67 Hor. Serm. I, 1, 63-64.

68 Ter. Ad. 432 (vobis meliorem); paroles prononcées par Demea.

     3092 Collect. 436.

70-75 Hor. Epist. I, 16, 17-19 (passage déjà cité Collect. loc. cit. ).

     3093 Collect. 437. Otto 985.

78 eiusdem = Horatii; cf. supra, Adag. 3092.

79-80 Hor. Epist. I, 16, 50-51 (80 et opertum; miluus: miluius v.l. et edd. vett. ).

82-83 Plaut. Poen. 187: "Ita decipiemus fouea lenonem Lycum".

83 Vertere ... fustis Hor: Epist. II, 1, 154.

     3094 Collect. 440.

85 Quint. Inst. V, 11, 21: "Cui [= apologationi] confine est παροιμίας genus illud, quod est velut fabella breuior et per allegoriam accipitur".

86-88 Hor. Epist. I, 17, 50-51 (vers déjà cités Collect. loc. cit.).

89-91 Apul. De deo Socr. prol. (= Flor. XXV), qui cite Aesop. (126 Hausrath; cf. aussi Babr. 77 Crusius).

     3095 Collect. 739. Otto 804. Cf. Th. More ap. Allen, Ep. 1087, l. 557, et Viglius ap. Allen, Ep. 2753, ll. 14-16.

97 clauam ... extorquere Cf. Macr. Sat. V, 3, 16, cité infra à partir de G.

98 Maronis Le texte de Macr. loc. cit. concerne effectivement Virgile.

101-106 Macr. loc. cit.

95

     3096 Nachträge zu Otto, p. 140 sq.

108-109 Publil. Syr. 66 ( B 23) Meyer = 76 (B 23) Bickford-Smith. Sur l'attribution à Sen., cf. ASD II, 4, p. 189, n.l. 821.

110 Aesop. 273 Hausrath (Ald. 1505, p. 49); cf. Babrius 185 Crusius.
     Gabrias Altération du nom de Babrius; en outre, il s'agit ici de Ps.-Babrius (Ignatius), Tetrast. I, 25 Crusius-Müller (cf. ASD II, 5, p. 157, n.l. 228).

112-115 Ps.-Babr. loc. cit.; texte reproduit sans nom d'auteur dans Apost. 4, 98. Le premier vers se présente sous des formes très variables: le texte d'Er. correspond à celui d'Apost. loc. cit. (sauf τρωθεὶς devenu en A τρώθειεν, d'où en B τρωθὲν, par accord avec τὸ στῆθος); Ald. 1505 (éd. avec Zenob. Ald.), sans pagination: Βέλει τὸ στῆθος ἀετὸς τρώθη πάλαι; même éd., p. 55: Βέλει πρὸς στῆθος ἀετὸς πάλαι τρώθη; éd. Crusius-Müller: Βέβλητό τις πρὸς στῆθος ἀετος βέλει.

120 alio ... loco   Adag. 552. (Nostris ipsorum alis capimur, Τοῖς αὑτῶν πτεροῖς ἁλισκόμεθα), ASD II, 2, p. 78.

     3097

122-123 Soph. Ai. 293 (Γύναι, γυναιξὶ ...). Cité par Apost. 5, 78 a, avec la mention Σοφοκλέους.

123 (app. crit. ) L'article ἡ, omis dans les premières éd., est ajouté en π (d'une main qui ne paraît pas être celle d'Er., mais d'un secrétaire) avec la graphie ὑ, qui s'explique par la prononciation byzantine; dans les éd. F-I, on trouve la graphie normale ἡ.

125 Serv. Comm. Aen. I, 561 ("Tum breuiter Dido"): "vt et Sophocles Γύναι, γυναιξὶ ... φέρει". Cette mention, qui se trouve dans l'éd. princ. (Rome, U. Gallus, ca. 1470), est placée entre crochets dans l'éd. H.A. Lion, Göttingen, 1826, et n'apparaît pas dans les éd. plus récentes (Thilo, Teubner 1886, Harvardiana 1946).

127-128 Hom. Od. I, 358. On trouve en χ la remarque "Vide", qui doit signifier "Cherche <la/les référence(s)>".

129-130 1 Cor. 14, 34 sq.: "Mulieres in ecclesiis taceant; non enim permittitur eis loqui, sed subditas esse, sicut et lex dicit. Si quid autem volunt discere, domi viros suos interrogent; turpe est enim mulieri loqui in ecclesia".

     3098 Otto 314 (s.v. cancer).

132 Plaut. Cas. 443 (cf. infra); Er. met la formule à l'infinitif.

133 Cf. Adag. 158, ASD II, 1, p. 272.

133-135 Paul. Fest. p. 163, 12-13 Lindsay: "Nepa Afrorum lingua sidus, quod cancer appellatur, vel, vt quidam volunt, scorpios". Cf. Fest. p. 162, 32-34 Lindsay.

134 (app. crit.) L'éditeur de LB (II, 991, n. 1) a déjà noté qu'il fallait suppléer lingua (cf. Paul. Fest. supra), mais n'a pas inséré ce mot dans le texte même.

135-136 Non. p. 145, 12-20 M (pp. 211-212 Lindsay), notamment "Vere 'nepa' scorpius dicitur".

136-138 Cic. Fin. V, 15, 42 (137 nare: nature ap. Non.; anaticulas: anaticulos ap. Non.; euolare: volare ap. Non.; videmus: videamus ap. Non.). Er. cite d'après Non. loc. cit.

138-141 Manil. II, 31 sq. (140 ductam). Er. dépit de ce qu'Er. écrit (Citat et Manilium; Haec Nonius), ce texte de Manil. ne figure pas dans Non. loc. cit.

144-145 Plaut. Cas. 443 (Recessim). Cité partiellement dans Paul. Fest. p. 163, 13 sq. Lindsay ("Dabo me ad ...") et Non. loc. cit. ("retrouorsum cedam; imitabor nepam").

97

     3099

147-152 Plaut. Cas. 511-514 (151 Quo id quo paratum est: Quicquid prandii est edd. vett.; 152 Sitque Pylades: Sietque codd.).

     3100 Cf. Maria, ASD IV, 3, p. 82, l. 212 (puerulum).

154-156 Apul. Apol. 85: "Est ille poetae versus non ignotus 'Odi ... sapientia"; cité d'après la même source Adag. 2210, ASD II, 5, p. 196, l. 796. Ce vers est reproduit "Ex incertis incertorum fabulis'" 95 Ribbeck, CRF, p. 151.

157-158 Vulgo Suringar 157, pp. 287-290 et 498, qui cite notamment Servilius, Adagiorum epitime, f° 95 v°: "Vroech wijs, out sot". Cf. aussi Adag. 1001, LB II, 406 D: "Et quod vulgo dicunt, qui pueri adhuc et velut ante tempus sapiunt, eos in senectute stultos euadere".

158-160 Cato (p. 78, n° 5 Jordan) ap. Plin. Nat. VII, 51 (52), 171.

160-162 Sen. maior, Contr. I, 1, 22 (immature).

162-166 Soph. (TrGF IV, fragm. 619) ap. Schol. ad Pind., Pyth. 2, 121 c (ἀνδρόπαιδα: ἄνδρα παῖδα v.l.; δεσπότην: δεσπότης v.l.). (app. crit.) Texte ajouté en π, sur une feuille supplémentaire, qui ultérieurement a été insérée et collée à la fin de l'exemplaire de l'éd. de 1526 contenant les additions de χ. Dans la série des 30 feuilles ainsi regroupées à la fin du volume (cf. Tocci, pp. 69-78), celleci porte le n° 27; la mention 751 audessus du texte correspond bien à la page de l'éd. E et le signe de renvoi qui précède le texte est le même que celui que l'on trouve en π après la première addition (Plinius ... signum, ll. 158-160); ce signe de renvoi figure aussi en χ, en face du texte déjà imprimé.

167-170 Aristot. Rhet. II, 21, 1394 a, citant Eur. Med., 294-295 (Χρὴ δ᾽ οὔποθ᾽).

167-172 (app. crit.) La fin de la traduction (mox philosophes reddere) manque curieusement en χ.